Estimations de l'incidence départementale des cancers en France métropolitaine 2008-2010. Étude à partir des données des registres des cancers du réseau Francim et des bases de données médico-administratives

Publié le 1 Janvier 2015
Mis à jour le 5 juillet 2019

Objectifs : en France, les registres des cancers couvrent seulement 20% de la population. Afin d'estimer l'incidence (I) départementale des cancers, les séjours hospitaliers issus du Programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) et les Affections de longue durée (ALD) peuvent être utilisés. En appliquant la démarche retenue pour les estimations régionales d'incidence 2008-2010, l'objectif de ce travail était de fournir des estimations départementales d'incidence sur la même période. Méthode : le principe de l'estimation départementale consiste à appliquer le rapport ALD/I (ou PMSI/I) de la zone registre aux données départementales d'ALD (ou PMSI). L'utilisation d'un arbre de décision a permis de déterminer si une localisation cancéreuse pouvait être retenue pour une estimation départementale. Résultats : chez les hommes, l'estimation départementale de l'incidence a été réalisée pour 8 localisations sur 19 éligibles, dont 5 à partir des ALD et 3 du PMSI. Chez les femmes, l'estimation départementale a été réalisée pour 8localisations sur 21 éligibles, dont 1 à partir des ALD et 7du PMSI. Des disparités interdépartementales d'incidence sont mises en évidence pour les localisations pour lesquelles les facteurs de risque personnels (tabac, alcool) sont importants et connus (lèvres-bouche- harynx, oesophage, larynx, poumon). Les facteurs de risque autres que le tabac ou la consommation d'alcool induisent des sur-risques plus faibles et sont probablement plus diffus spatialement. Conclusion : ce travail présente la première démarche structurée conduisant à des estimations départementales d'incidence. Les disparités spatiales de l'incidence concernent les cancers liés au tabagisme et à l'alcool, cancers pour lesquels il ne faut cependant pas oublier le rôle possible d'autres facteurs de risque (professionnels, environnementaux, etc.). Les disparités et gradients géographiques pour les autres localisations de cancers doivent être considérés avec prudence.

Auteur : Colonna M, Chatignoux E, Remontet L, Mitton N, Belot A, Bossard N, Grosclaude P, Uhry Z
Année de publication : 2015
Pages : 50 p.