Epidémiologie de la cryptosporidiose humaine en France en 2006 et 2007 : données du réseau Cryptosporidies Anofel

Publié le 6 Janvier 2009
Mis à jour le 5 juillet 2019

L'objectif de cette étude est de décrire la fréquence et les caractéristiques de la cryptosporidiose en France. Elle a été réalisée par le réseau Cryptosporidies Anofel qui, sur la base du volontariat, regroupe 36 laboratoires hospitaliers de parasitologie répartis sur tout le territoire national. De janvier 2006 à décembre 2007, 179 cas de cryptosporidiose ont été notifiés (96 en 2006 et 83 en 2007). Au cours des deux années, la même saisonnalité des cas a été observée, avec un pic en fin d'été/début d'automne. L'analyse des données montre que 60 % des cas sont survenus chez des patients immunodéprimés (principalement par le VIH, 48 %). L'analyse par classe d'âge montre un pic dans la classe 0-4 ans. Le génotypage de 137 isolats montre la représentation majoritaire de Cryptosporidium parvum (53 %) et C. hominis (43 %), les autres espèces d'origine animale étant rares (10 C. felis, 3 C. meleagridis, 1 C. canis, 1 génotype " lapin " de C. parvum et 1 nouveau génotype de C. parvum). Cette étude est la première à fournir une information étendue à l'ensemble de la France sur la cryptosporidiose humaine. (R.A.)

Auteur : Deroin F
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2009, n°. 1, p. 8-12