De la nécessité d'une approche globale et transversale.

Publié le 1 Juin 1998
Mis à jour le 5 juillet 2019

L'auteur rappelle l'histoire des dispositifs de prévention des problèmes sociaux au niveau local et leur développement lié à la création du ministère de la ville, dont elle présente la politique et ses orientations (contrat Etat municipalités, reconnaissance de la diversité locale, approche globale et transversale prenant en compte tous les aspects de la vie quotidienne). Puis elle aborde plus précisément la prévention de la toxicomanie dans les quartiers. En s'appuyant sur la définition qu'en donne Claude Olievenstein, intégrant le (s) psychotrope (s) consommé (s), l'usager, l'environnement socioculturel, on est amené à prendre en compte les phénomènes associés : le trafic illicite de drogues, la délinquance, la marginalisation, les répercussions sur la santé et la famille, le sentiment d'insécurité dû à la présence de "deal" dans le quartier. Cette approche doit permettre une réflexion pouvant s'appuyer sur les modèles proposés par le Pr Parquet en matière de promotion de la santé. Elle implique la pluridisciplinarité au niveau des professionnels concernés. Trois destinataires et copartenaires de la prévention sont définis : l'usager, le groupe pathologique ou à risque, l'ensemble de la population.

Auteur : Debock Chantal
La Santé de l'homme, 1998, n°. 334, p. 35-36