Date de diagnostic de cancer et date d'effet d'affection de longue durée pour cancer : quelle concordance ?

Publié le 6 Septembre 2016
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : pour produire des indicateurs de délai de prise en charge des personnes atteintes de cancer à partir des bases de données médico-administratives, nous avons voulu savoir si la date d'effet d'affection de longue durée (ALD) pour cancer pouvait être utilisée comme " proxy " de la date de diagnostic histologique. Objectif : étudier la concordance entre les dates de diagnostic du cancer et d'effet d'ALD. Matériel méthodes : les données étaient issues des registres de cancer de l'Isère pour 2011, du Tarn et de Lille et sa zone de proximité pour 2009-2011 et concernaient le côlon-rectum, le poumon et le sein. L'analyse a porté sur la différence entre les dates de diagnostic et d'effet d'ALD. Résultats : l'effectif d'analyse était de 1 852, 1 514 et 3 437 cas, respectivement, pour les cancers du côlon-rectum, du poumon et du sein. Seulement 19%, 8,5% et 15%, respectivement, des patients atteints de cancers du côlon-rectum, de poumon et du sein, présentaient des dates identiques de diagnostic de cancer et d'effet d'ALD. La valeur absolue de la différence entre les deux dates était supérieure à une semaine chez 54% des patients (cancers colorectal et du sein) et 73% des patients pour le cancer du poumon. Discussion conclusion : en l'absence d'information sur la date de diagnostic histologique, la date d'effet d'ALD ne peut pas servir de " proxy " de date pour calculer les indicateurs de délai de prise en charge des cancers.

Auteur : Kudjawu YC, Meunier T, Grosclaude P, Ligier K, Colonna M, Delafosse P, De Maria F, Chatellier G, Eilstein D
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2016, n°. 26-27, p. 450-6