L'utilisation de la contraception d'urgence en France métropolitaine en 2016 : niveau et déterminants

Publié le 25 Septembre 2018
Mis à jour le 5 juillet 2019

L'accès à la contraception d'urgence (CU) a évolué depuis sa mise à disposition. Elle est désormais disponible sans ordonnance et sans restriction en pharmacie et auprès de nombreux professionnels de santé. Cet article vise à étudier le niveau et les facteurs associés à l'utilisation de la CU en France métropolitaine en 2016, suite à ces évolutions et à la reconfiguration du paysage de la contraception régulière observée depuis 2012. En 2016, 6,2% des femmes âgées de 15-49 ans exposées à un risque de grossesse non prévue ont eu recours à la CU au cours des 12 derniers mois. Les femmes les plus jeunes, celles résidant en région parisienne et celles utilisant des méthodes de contraception hormonale dont l'efficacité dépend de la prise régulière (pilule, patch, anneau) sont celles qui utilisaient le plus cette méthode de rattrapage. Les indicateurs de prises de risques sexuels comme la déclaration d'une infection sexuellement transmissible, d'une grossesse non prévue ou d'un multipartenariat récent étaient également associés à une utilisation plus fréquente de la CU. Enfin, il existe un lien entre utilisation de la CU et les connaissances et perceptions. Les femmes ayant une bonne connaissance des délais de prise et celles qui percevaient la CU comme efficace déclaraient un recours plus fréquent. Malgré un accès facilité et une évolution importante du paysage contraceptif, l'utilisation de la CU n'a pas progressé en France. De même, le profil des femmes qui y ont eu recours dans les 12 mois précédant l'enquête a peu évolué. La promotion de la contraception d'urgence comme complément à une contraception régulière doit être soutenue dans un contexte de stabilité du nombre de grossesses non prévues et d'interruptions volontaires de grossesse.

Auteur : Rahib Delphine, Lydié Nathalie
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2018, n°. 29, p. 590-595