Connaissance et utilisation de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes fréquentant les lieux de convivialité gay de cinq villes françaises. Prevagay 2015

Publié le 25 Septembre 2018
Mis à jour le 5 juillet 2019

La prévention de l'infection par le VIH est l'élément majeur de la lutte contre l'épidémie. En complément du préservatif, d'autres outils sont aujourd'hui disponibles et notamment la prophylaxie pré-exposition (PrEP) par un traitement antirétroviral (emtricitabine-tenofovir disoproxil fumarate, initialement disponible sous le nom de Truvada® puis sous formes génériques depuis mars 2017) qui, pris lors d'un rapport sexuel à risque, permet de diminuer le risque de contamination par le VIH. L'objectif de cet article est d'évaluer la connaissance et l'utilisation de la PrEP qu'avaient les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) fréquentant les lieux de convivialité gay de cinq villes françaises, au dernier trimestre 2015, avant la mise en oeuvre de la recommandation temporaire d'utilisation (RTU) du Truvada® dans cette indication. Prevagay 2015 est une étude de séroprévalence du VIH, anonyme et aléatoire, qui a permis de renseigner un questionnaire comportemental et de recueillir un prélèvement de sang auprès des HSH fréquentant les bars, saunas et backrooms de cinq villes françaises. Au total, 2 164 HSH non séropositifs pour le VIH et résidant en France ont été retenus pour cette analyse. Parmi eux, 53% déclaraient avoir connaissance de la PrEP, principalement des hommes enquêtés à Nice ou Paris, âgés de 25 ans ou plus et ayant fait des études supérieures. Par ailleurs, 2,3% déclaraient avoir utilisé ce traitement préventif au cours des 12 derniers mois. La majorité d'entre eux s'était procuré la PrEP en participant à l'essai Ipergay (29%) ou par prescription médicale (27%). Le niveau de connaissance de la PrEP, non optimal, peut s'expliquer par le fait que l'étude a été réalisée avant la RTU du Truvada® et donc avant les campagnes d'information institutionnelles. Cependant, s'agissant d'une population exposée aux messages de prévention, ces résultats incitent à poursuivre les actions d'information sur l'ensemble des outils de prévention, auprès de tous les publics HSH et notamment les plus éloignés de la communauté gay, afin que chacun puisse choisir sa protection de manière éclairée.

Auteur : Sauvage Claire, Saboni Leïla, Sommen Cécile, Lydié Nathalie, Alexandre Antonio, Lot Florence, Velter Annie
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2018, n°. 29, p. 602-610