Exposition environnementale à l'amiante chez les personnes riveraines d'anciens sites industriels et affleurements naturels. Etude cas-témoins à partir des données du Programme national de surveillance du mésothéliome

Publié le 1 Août 2009
Mis à jour le 9 septembre 2019

Une étude cas-témoins a été envisagée pour évaluer l'augmentation de risque de mésothéliome pleural liée à l'exposition environnementale à l'amiante des riverains des anciens sites industriels. Suite aux résultats de l'étude de faisabilité, l'objectif de l'étude a été révisé dans une perspective méthodologique d'estimation rétrospective de l'exposition. L'étude a été réalisée à partir des cas de mésothéliomes non professionnels et de témoins, enregistrés dans la base du PNSM. L'exposition environnementale des cas et des témoins a été estimée par le calcul d'un score d'exposition vie entière. Il combinait l'intensité, la distance entre les adresses des sujets et les sites et la durée passée à chaque adresse. Au total, 553 sites industriels et 1 119 chantiers navals ont été recensés et localisés. Pour les hommes, 24 cas (69 %) et 193 témoins (64 %) avaient un score d'exposition environnementale différent de 0, et pour les femmes, 48 cas (66 %) et 94 témoins (66 %) avaient un score différent de 0. Chez les femmes, l'augmentation du risque de mésothéliome n'était pas significative, avec un OR=1,2 (IC 95% [0,7-2,3]). Pour les hommes, l'OR était de 0,9 (IC 95% [0,4-1,8]). Malgré les difficultés des données manquantes, cette étude a permis de construire un indicateur d'exposition reposant à la fois sur un Système d'information géographique, le budget "espace-temps" des personnes et adjoignant un critère d'intensité d'exposition. Elle a permis d'émettre des recommandations sur les données pertinentes, comme la durée de l'activité de l'industrie, le type de fibre utilisé, le processus industriel et le volume d'amiante produit. (R.A.)

Auteur : Vandentorren S
Année de publication : 2009
Pages : 26 p.