Bulletin de santé publique canicule. Bilan été 2022.

Publié le 22 novembre 2022
Mis à jour le 22 novembre 2022

Points clés

  • Selon Météo-France, l’été 2022, est au deuxième rang des étés les plus chauds observés en France depuis le début du XXème siècle. La période de surveillance estivale 2022 a été marquée par 3 périodes de canicules dont 2 avec des départements de la façade atlantique placés en vigilance rouge, et deux épisodes successifs d’une douzaine de jours en régions Occitanie, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Auvergne-Rhône-Alpes.
  • La période de surveillance estivale présente l’excès de mortalité le plus important depuis la mise en place du Plan National Canicule en 2004 :
    • 2 816 décès en excès (+ 16,7 %) ont été observés lors de ce trois épisodes de canicule dans les départements concernés.
    • La classe d’âge des plus de 75 ans est la plus touchée (2 272 décès en excès ; + 20,2 %).
    • L’excès de mortalité relatif observé dans les départements placés en vigilance rouge (+ 19,9 %) est plus important que celui des autres départements.
    • Plus de 20 000 recours aux soins ont été observés durant toute la période de surveillance pour l’indicateur sanitaire suivi (iCanicule, regroupant hyperthermies, déshydratations et hyponatrémies). Ces recours aux soins ont été multipliés par 2 aux urgences et par 3 pour les consultations SOS médecins durant les canicules, par rapport aux périodes hors canicules.
  • Pendant les canicules de l’été (sur les mêmes périodes et zones), 894 décès liés à l’épidémie de Covid-19 ont été enregistrés. La Covid-19 a pu augmenter la vulnérabilité à la chaleur pour certaines personnes, et réciproquement.
  • Sept accidents du travail mortels en lien possible avec la chaleur ont été notifiés par la Direction Générale du Travail. Ces accidents du travail mortels sont survenus principalement dans le cadre d’une activité professionnelle conduite à l’extérieur, dont 3 dans le secteur de la construction.
  • Sur toute la période de surveillance estivale, 10 420 décès en excès toutes causes (+ 6,1 %) ont été estimés en France métropolitaine. Une part de cet excès de mortalité estivale est vraisemblablement due à une exposition de la population à des températures n’atteignant pas les seuils canicule. L’estimation de cette part attribuable fait l’objet de travaux d’étude par Santé publique France.
  • L’été 2022 s’inscrit dans la tendance observée ces dernières années, au cours desquelles une intensification de l’exposition aux canicules a été constatée, se traduisant par une augmentation des impacts sanitaires associés. Dans ce contexte de changement climatique, une réflexion sur la mise en place d’un dispositif de prévention tout au long de l’été va être initiée et ce bilan souligne la nécessité d’une stratégie d’adaptation au changement climatique renforcée, au niveau national et territorial.

En régions

Accédez aux bulletins de santé publique canicule en région.