Surveillance des troubles causés par l'alcoolisation foetale : analyse des données du programme de médicalisation des systèmes d'information en France entre 2006 et 2013

Publié le 1 Septembre 2018
Mis à jour le 10 septembre 2019

Points clés : entre 2006 et 2013, 3 207 enfants ont, lors de leur séjour hospitalier, eu un diagnostic pour troubles causés par l'alcoolisation foetale (TCAF) durant la période néonatale, soit 0,48 cas pour 1 000 naissances, incluant 0,07 cas de syndrome d'alcoolisation foetale (SAF) pour 1 000 naissances. Au niveau régional, la proportion d'enfants diagnostiqués pour TCAF était plus fréquente à La Réunion (1,22‰), en Haute-Normandie (1,02‰), enChampagne-Ardenne (0,90‰), et dans le Nord-Pas-de-Calais (0,90‰). On observait, entre les périodes 2006-2009 et 2010-2013, une diminution significative du nombre d'enfants diagnostiqués pour un SAF mais une augmentation du nombre des autres troubles liés à une alcoolisation foetale (aTCAF). Ces résultats sous-estiment probablement l'importance des TCAF, notamment du fait de la difficulté de repérer les enfants présentant de tels troubles. Ces résultats sont difficilement comparables aves les études françaises antérieures car les méthodologies sont différentes : ici, l'étape du codage dans les registres hospitaliers ajoute probablement un niveau de sous-estimation supplémentaire, qui peut être variable selon les régions.

Auteur : Laporal Stella, Demiguel Virginie, Cogordan Chloé, Barry Yaya, Guseva Canu Irina, Goulet Véronique, Regnault Nolwenn
Année de publication : 2018
Pages : 16 p.