Pouvoirs publics, professionnels de santé, institutions : tous mobilisés en faveur de la vaccination contre la grippe

La très grande majorité des Français (70 %) savent aujourd’hui que le vaccin antigrippal constitue le premier geste de protection contre le virus de la grippe (77 % chez les personnes âgées de 65 ans et plus). C’est ce que montre une récente enquête BVA pour l’Assurance Maladie conduite en septembre 20181.

Ils sont encore plus nombreux (95 %) à reconnaître que la grippe peut entraîner des complications graves, voire mortelles, chez les personnes fragiles.

Cette enquête d’opinion montre aussi que chez plus d’un Français sur deux, des idées reçues persistent, notamment autour de l’innocuité du vaccin. Pourtant, toutes les personnes de 65 ans et plus déjà vaccinées l’an dernier se déclarent prêtes à se faire vacciner de nouveau cette année. Le plus difficile semble donc de franchir le cap, car une fois adoptée, la vaccination s’installe comme une habitude, à renouveler chaque année.

Il est donc important de créer un réflexe vaccinal à l’approche de l’hiver, en particulier chez les personnes nouvellement invitées à se faire vacciner et celles n’ayant jamais franchi le cap les années précédentes. La couverture vaccinale de ces personnes dites « primo-vaccinantes » demeure en effet faible, de l’ordre de 10 % l’an dernier.

Pour encourager et faciliter l’adoption de cette habitude, le parcours vaccinal a été simplifié. Ainsi, depuis le début de la campagne de vaccination lancée le 6 octobre dernier, toutes les personnes majeures pour qui la vaccination antigrippale est recommandée peuvent désormais retirer leur vaccin à la pharmacie, sur simple présentation de leur bon de prise en charge de l’Assurance Maladie. Elles peuvent ensuite se faire vacciner par le professionnel de santé de leur choix : infirmier, médecin, sage-femme (femmes enceintes et entourage du nourrisson à risque de grippe grave). Dans quatre régions (Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie), des pharmaciens volontaires peuvent aussi vacciner.

La campagne d’information 2018 vise à présenter la vaccination contre la grippe, premier geste de protection pour les personnes fragiles, comme une habitude à prendre. Décalée cette année de 3 semaines par rapport au lancement de la campagne de vaccination, elle débutera donc le vendredi 26 octobre, à la veille du passage à l’heure d’hiver. En se rapprochant de la saison hivernale, la campagne est pleinement positionnée pour jouer son rôle d’alerte.

Inciter les personnes fragiles à se faire vacciner est également la mission des professionnels de santé. Ils doivent adopter une conduite exemplaire en se faisant eux-mêmes vacciner afin de ne pas contribuer involontairement à la propagation de l’infection.

A ce titre, il convient de saluer l’engagement cette année des sept ordres nationaux de professionnels de santé (médecins, sages-femmes, infirmiers, pharmaciens, chirurgiens-dentistes, masseurs-kinésithérapeutes et pédicures-podologues) qui s’engagent conjointement par la signature d’une charte de promotion de la vaccination des professionnels de santé.

Voir aussi

Bulletin épidémiologique hebdomadaire n°34.

Bulletin épidémiologique grippe, semaine 41. Saison 2018-2019.