Surveillance épidémiologique dans les Pays de la Loire. Point au 4 septembre 2020.

Publié le 9 Septembre 2020
Mis à jour le 09 septembre 2020

Faits marquants

Epidémie de COVID-19 en Pays de la Loire

En Pays de la Loire, une progression des indicateurs épidémiologiques a été observée en semaine 34 avec un taux d’incidence régional qui a atteint 27,1 cas/100 000 hab. (au-delà du seuil de vigilance de 20 cas/100  000  hab.) En semaine 35, une stabilisation des taux d’incidence et de positivité  régionaux a été observée, mais des disparités départementales importantes ont été constatées dans les dynamiques de l’épidémie au sein de la région. Le nombre de clusters signalés est resté stable entre les semaines 33 et 35.

En Sarthe, classée à un niveau de vulnérabilité élevé depuis le 20 août, une évolution favorable de la situation épidémiologique est constatée depuis la semaine 35, avec une diminution du taux d’incidence à 46,8 cas/100 000 hab. (en-dessous du seuil d’alerte de 50 cas/100  000 hab.), une diminution des passages aux urgences, des hospitalisations et du nombre d’épisodes signalés en ESMS/Ehpad. En  Mayenne, l’évolution favorable amorcée en semaine 33 s’est poursuivie en semaines 34 et 35. La Mayenne a été reclassée à un niveau de vulnérabilité modéré depuis le 10 août.

En Maine-et-Loire, la situation épidémique s’est stabilisée en semaine 35 après avoir connu une forte progression en semaine 34. Le Maine-et-Loire a été classé à un niveau de vulnérabilité modéré le 24 août.En Loire-Atlantique, une forte progression de l’activité épidémique a été constatée en semaine 34 et s’est poursuivi en semaine 35. La Loire-Atlantique a été classé à un niveau de vulnérabilité modéré le 28 août.

En Vendée, une progression plus modérée mais constante de l’épidémie a été observée en semaines 34 et 35. C’est le seul département de la région classé à un niveau de vulnérabilité limité.Face à la progression de l’épidémie de COVID-19 dans la région,  il est indispensable de continuer à respecter les mesures d’hygiène, de protection et de distanciation physique afin de limiter au maximum la survenue ou le maintien de chaines de transmission actives du virus SARS-CoV-2.

Système d’alerte, canicule et santé (Sacs)

Diminution des passages aux urgences et des actes SOS Médecins pour pathologies liées à la chaleur en semaines 34 et 35 après la hausse modérée observée pendant la vague de chaleur. Un excès  de  mortalité  toutes  causes,  significatif  mais  modéré,  a  été  observé  en  semaine  33  (10  au  16  août)  dans  la région.  Cette hausse était concomitante avec la survenue de la vague de chaleur, même s’il n’est pas possible d’en évaluer la part attribuable à cette étape. Cet excès de mortalité a concerné principalement les personnes âgées de 65 ans  et  plus.  En  semaine  34,  la  mortalité  semble  revenir  à  des  valeurs habituellement  observées,  un  constat  à  vérifier dans les semaines à venir avec la consolidation des données.