Vallée de l’Orbiel : l’enquête Prior pour prendre en compte la parole des habitants

Pour recueillir et documenter les inquiétudes liées aux pollutions parmi la population de la vallée de l’Orbiel, l’Université de Toulouse – Jean Jaurès et le CNRS, en partenariat avec Santé publique France, poursuivent l’étude PRIOR : « Pratiques et perceptions des RIsques par les habitants de la Vallée de l’ORbiel » en leur donnant la parole. Cette étude a pour objectif de décrire le contexte local, notamment en récoltant des informations sur la façon dont la population perçoit les risques au regard de ses activités, ses pratiques et son expérience du territoire.

Mis à jour le 21 septembre 2021

Une étude quantitative et qualitative, pour une construction des solutions dans le dialogue

Le contexte de la Vallée de l’Orbiel est marqué par des enjeux sociaux, environnementaux et économiques qui s’additionnent aux enjeux sanitaires. Alors que les inquiétudes dans la population persistent, il est apparu nécessaire de faire un état des lieux de ces enjeux avec les acteurs du territoire en complément des études déjà menées. C’est tout l’intérêt de l’étude PRIOR qui permettra de mieux documenter les préoccupations des habitants de la vallée et comprendre comment sont vécus les pollutions du territoire et les risques qui y sont liés.

Un premier volet quantitatif repose sur l’administration d’un questionnaire auprès de 1 000 habitants, afin de recueillir la parole du plus grand nombre. Les personnes tirées au sort vont recevoir un courrier pour participer et seront relancées par téléphone par l’équipe de chercheurs du CNRS le cas échéant. Deux moyens pour les participants de répondre au questionnaire : en ligne ou par téléphone.

Le second volet qualitatif est construit à partir d’entretiens individuels et collectifs puis des séances d’observations lors desquelles un enquêteur accompagnera un habitant dans une activité spécifique pour qu’il explique ses pratiques et les risques qu’elles impliquent. Ce volet de l’étude a débuté cet été.

L’étude a débuté fin janvier 2021 et se poursuit jusqu’en 2022.

Une démarche scientifique transversale et transparente

Le protocole d’enquête a été présenté au comité d’interface associant des élus, des associations de riverains, des personnalités qualifiées, les responsables du site et des représentants de l’Etat, afin de discuter de la zone d’étude et du test du questionnaire.

La phase de collecte des données de l’enquête par questionnaire est prévue en 2021, les résultats seront ensuite présentés et discutés avec le comité d’interface avant d’être rendus publics.

a lire aussi

Communiqué de presse

Télécharger (pdf - 138.22 Ko)
a lire aussi

Dossier pédagogique

Télécharger (pdf - 1.09 Mo)