Point épidémiologique COVID-19 du 4 mars 2021 : le virus circule à un niveau élevé, les variants deviennent majoritaires et la tension hospitalière s’accentue

Publié chaque semaine, le point épidémiologique relatif à la surveillance de la COVID-19 présente une analyse détaillée des indicateurs mis en place par Santé publique France et son réseau de partenaires pour suivre l’évolution de l’épidémie et orienter les décisions publiques. En semaine 08, la hausse des contaminations continue avec 7% de croissance, soit 149 307 nouveaux cas confirmés. La tension hospitalière déjà forte s’accentue alors que les variants deviennent majoritaires, les suspicions de variants 20l/501Y.V1 (UK) représentant 59,5% des PCR de criblage. Les disparités territoriales sont importantes et nécessitent une adaptation à l’échelle locale des mesures de contrôle de l’épidémie. En parallèle, l’amélioration des indicateurs épidémiologiques chez les 75 ans et plus et les résidents en EHPAD traduit l’effet protecteur du niveau de couverture vaccinale atteint dans cette population. L’accélération de la vaccination dans les prochaines semaines est un enjeu majeur.

Publié le 5 mars 2021

Une circulation virale élevée en progression avec des disparités territoriales 

La progression de l’épidémie observée la semaine dernière se confirme avec une augmentation du nombre de cas confirmés en semaine 08 : 149 307 nouveaux cas confirmés ont été enregistrés, soit 21 330 cas confirmés en moyenne chaque jour. Le taux d’incidence était de 222/100 000 habitants, en augmentation de 7% par rapport à la semaine précédente. Toutes les classes d’âge sont concernées par cette augmentation hormis les 75 ans et plus chez lesquels on observe une diminution pour la 4e semaine consécutive. Les personnes de 15 à 44 ans présentent les plus forts taux d’incidence depuis quatre semaines.

Sur le territoire, la situation est hétérogène. Les régions les plus touchées en semaine 08 étaient toujours les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Hauts-de-France et Île-de-France. Ces régions présentaient les plus forts taux d’incidence, d’hospitalisations et d’admissions en réanimation. L’ensemble de ces indicateurs sont en augmentation en Île-de-France et en Hauts-de-France., Les 12 départements qui ont un taux d’incidence dépassant 300/100 000 habitants sont tous situés dans ces trois régions. 

La tension hospitalière : une hausse des indicateurs préoccupante

En diminution depuis 2 semaines, les nouvelles hospitalisations sont de nouveau à la hausse avec 9 613 nouvelles hospitalisations déclarées en S08 vs 9 362 en S07 (+3%). Il en est de même pour les nouvelles admissions en réanimation avec une augmentation de 4% (1 871 en S08 contre 1 807 en S07) faisant suite à plusieurs semaines de stabilisation. 

Si les personnes de 75 ans et plus restent les plus concernées par les hospitalisations (soit 55% des patients), on observe néanmoins dans ce groupe d’âge une diminution des nombres d’hospitalisations (5516 en S04 à 4138 en S07) et d’admissions en réanimation (509 en S04 à 412 en S07) depuis la semaine 04.

Le nombre de patients COVID-19 hospitalisés en France reste très élevé, avec 25 308 personnes hospitalisées au 02 mars (vs 25 705 au 23 février, soit -2%), dont 3 596 en réanimation (vs 3 445 au 23 février, soit +4%). Le nombre hebdomadaire de décès liés à la COVID-19 survenus à l’hôpital et dans les établissements sociaux et médico-sociaux continuait de diminuer en semaine 07, mais restait élevé avec 2 378 décès.

Des variants majoritaires désormais en France 

L’analyse des résultats des tests de criblage des variants d’intérêt disponibles collectés via SI-DEP montrait une augmentation de la proportion de suspicions du variant 20I/501Y.V1 (UK) qui devient majoritaire (59,5%) tandis que cette proportion reste à 6,3% pour les variants 20H/501Y.V2 (ZA) ou 20J/501Y.V3 (BR).
Ces variants ont été détectés dans toutes les régions métropolitaines, avec de fortes disparités départementales : 57 départements métropolitains présentaient une proportion supérieure à 50% de suspicions de variant 20I/501Y.V1 (UK) parmi les tests positifs criblés. Neuf départements présentaient une proportion supérieure à 10% de suspicions de variant 20H/501Y.V2 (ZA) ou 20J/501Y.V3 (BR) parmi les tests positifs criblés, avec une proportion de 54% en Moselle. L’évolution à la hausse de l’incidence départementale est d’autant plus marquée que la proportion de variant est élevée.

Les plus fortes proportions de variants sont retrouvées chez les moins de 20 ans. Les données de séquençage montrent que la présence du variant 20J/501Y.V3 (BR) reste actuellement très minoritaire. 

Amélioration de la situation pour les 75 ans et plus cohérente avec la couverture vaccinale 

On observe une amélioration des indicateurs chez les 75 ans et plus alors que la couverture vaccinale est en progression dans ce groupe d’âge, et notamment en Ehpad ou USLD où 81,8% des résidents ont reçu une première dose de vaccin contre la COVID-19 et 57,9% deux doses. Cela traduit l’effet protecteur du niveau de couverture vaccinale atteint dans cette population.

De manière générale, le 2 mars 2021, 3 133 478 personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 en France et 1 705 966 personnes ont été vaccinées par deux doses (données par date d’injection). Il est ainsi estimé qu’à cette date, 4,7% de la population en France a reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 et 2,5% a reçu deux doses. Les indicateurs de suivi de la vaccination sont mis à jour quotidiennement et ils incluent désormais des informations sur le type de vaccin administré et sont consultables sur Géodes

Face au haut niveau de circulation du virus et de forte tension sur le système de soins, l’application rigoureuse de l’ensemble des mesures individuelles et collectives est plus que jamais indispensable. Il reste essentiel que chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 s’isole immédiatement et réalise un test diagnostique dans les plus brefs délais. L’utilisation des outils numériques (TousAntiCovid) est recommandée pour renforcer les mesures de suivi des contacts et d’isolement rapide.  

Coronavirus : les gestes barrières
En savoir plus

COVID-19 : point épidémiologique du 4 mars 2021

En savoir plus
a lire aussi

Communiqué de presse

Télécharger (pdf - 279.32 Ko)