Mésothéliomes

Le mésothéliome est un cancer dont le seul facteur de risque connu est l’amiante. Son incidence est en augmentation, en particulier chez les femmes. Il donne droit à des indemnisations médico-sociales.

Mis à jour le 17 juin 2019

Mésothéliome : données

Caractéristiques de cas de mésotheliome en évolution depuis 1998 (PNSM)

Sur la période 1998-2017, 5625 cas de mésothéliome recueillis et inclus dans le PNSM sur les critères anatomopathologiques et/ou cliniques.

Fortes évolutions des principales caractéristiques des cas entre 1998-2002 et 2013-2017 :

  • Augmentation de la proportion de femmes de 20 à 25%
  • Augmentation de l’âge au diagnostic de 70 à plus de 75 ans, chez les hommes et chez les femmes
  • Augmentation des taux bruts d’incidence de 2,1 à 3 pour 100 000 chez les hommes et de 0,5 à 0,9 pour 100 000 chez les femmes
  • Diminution de la proportion de cas « jeunes » de moins de 60 ans de 16% à 6%

Très fortes disparités géographiques, selon le département de résidence des cas au moment du diagnostic, sur l’ensemble de la période 1998-2017

  • Sexe ratio : de 1,9 à 5,1 cas masculins pour un cas féminin
  • Age au diagnostic : de 66 à plus de 77 ans chez les femmes et 69 à 76 ans chez les hommes
  • Taux bruts d’incidence : de 1,2 à 5,1 pour 100 000 chez les hommes et de 0,3 à 1,6 pour 100 000 chez les femmes
  • Proportion de cas jeunes : de 0 à 20% chez les hommes et 0 à 40% chez les femmes

Estimation de l’incidence nationale du mésotheliome pleural (PNSM)

Estimation de l’incidence nationale annuelle du mésothéliome pleural sur la période 2015-2016 :

  • 801 cas masculins (taux standardisé sur l’âge de 2,46 cas pour 100 000)
  • 302 à 311 cas féminins (taux standardisé sur l’âge de 0,89 à 0,92 cas pour 100 000)

Augmentation très forte de l’incidence chez les femmes depuis 1998 :

  • Doublement du nombre de cas annuel
  • Augmentation de plus de 50% hors effets démographiques (augmentation et vieillissement de la population)

Nette augmentation des taux bruts par âge pour les classes d’âges les plus élevées : 70 ans et plus chez les femmes et 75 ans et plus chez les hommes

Estimations des incidences régionales : une forte hétérogénéité géographique
Taux d’incidence standardisés sur l’âge estimés chez les hommes par région et par période : 1998-2002 et 2013-2016
Mésothéliome : taux d’incidence standardisés sur l’âge chez les hommes par région, 1998-2002 et 2013-2016
Taux d’incidence standardisés sur l’âge estimés chez les femmes par région et par période : 1998-2002 et 2013-2016
Mésothéliome : taux d’incidence standardisés sur l’âge chez les femmes par région, 1998-2002 et 2013-2016

Une survie des patients atteints de mésotheliomes pleuraux très faible (PNSM)

  • Une survie moyenne de 12 mois chez les hommes et de 13 mois chez les femmes
  • Une meilleure survie des mésothéliomes de forme épithélioïde (14 mois)
  • Une amélioration de la survie pour les cas diagnostiqués après 2002 (13 mois vs 11 mois) qui pourrait être due à :
    • une détection plus précoce avec en particulier la mise en place du suivi post-professionnel
    • une meilleure prise en charge thérapeutique
TABLEAU 1 - Survies brutes à 1 an, 2 ans, 5 ans et survie médiane des patients atteints d’un mésothéliome pleural selon la période de diagnostic

N

Médiane

Survie à 1 an [IC95%]

Survie à 2 ans [IC95%]

Survie à 5 ans [IC95%]

Sexe

Homme

2512

12 mois

51% [49 - 53]

21% [19 - 23]

4% [3 - 5]

Femme

775

13 mois

52% [48 - 56]

25% [22 - 28]

7% [5 - 9]

Période de diagnostic

1998-2002

751

11 mois

44% [40 - 48]

18% [15 - 21]

4% [3 - 5]

2003-2007

2639

13 mois

53% [50 - 56]

24% [21 - 26]

5% [4 - 6]

2008-2012

284

13 mois

53% [50 - 56]

23% [20 - 25]

5% [4 - 6]

Histologie

Mésothéliome épithélioïde (MME)

2639

14 mois

57% [55 - 59]

26% [24 - 28]

6% [5 - 7]

Mésothéliome biphasique (MMB)

364

8 mois

35% [30 - 40]

7% [4 - 9]

0% [0 - 1]

Mésothéliome sarcomatoïde ou desmoplastique (MMF)

284

5 mois

16% [12 - 21]

4% [3 - 6]

0% [0 - 1]

TÉLÉCHARGER

Survie des personnes atteintes de cancer en France métropolitaine 1989-2013. Etude à partir des registres des cancers du réseau Francim...

TÉLÉCHARGER

Diverses sources d’exposition à l’amiante

  • Selon le PNSM (étude cas-témoins menée entre 1998 et 2002), la part des mésothéliomes pleuraux attribuable à une exposition professionnelle à l’amiante atteint :
    • 75 % à 92 % chez les hommes
    • Mais seulement 25 % à 58 % chez les femmes Ainsi, de nombreuses questions subsistent concernant les facteurs d’exposition, en particulier chez les femmes et les personnes atteintes d’un mésothéliome localisé hors plèvre (non couverts par le PNSM).
  • Une étude pilote a été menée dans le cadre de la DO mésothéliomes, entre 2013 et 2015, au sein de neuf régions françaises. Afin de cibler les sujets pour lesquels les expositions étaient jugées moins bien connues, trois sous-populations ont été sélectionnées : les hommes de moins de 50 ans et les femmes (quel que soit leur âge) atteints d'un mésothéliome de la plèvre et tous les sujets atteints d’un mésothéliome hors plèvre. Les sujets pour lesquels une exposition professionnelle à l’amiante probable ou très probable a été identifiée ont été exclus de ces analyses. Une première analyse des expositions a été publiée en 2017. Une mise à jour de ces résultats avec une analyse plus détaillée est actuellement en cours. Les premiers résultats montrent que :
    • L’expertise n’a pas identifié d’exposition professionnelle avérée à l’amiante pour 75% des cas enquêtés (Tableau 2). Parmi les cas sans exposition professionnelle à l’amiante avérée :
    • Des expositions extraprofessionnelles à l’amiante et aux laines minérales ont été respectivement retrouvées chez près de 65 % et 20 % des sujets.
    • Il s’agissait d’expositions : via le bricolage, para-professionnelles (liées au fait de résider avec un proche exposé professionnellement) à l’amiante et aux laines minérales, et d’expositions domestiques à l’amiante.
    • Une exposition aux rayonnements ionisants d’origine médicale a été identifiée chez 10 % des cas.
    • Pour environ la moitié des cas, au moins un site industriel ayant potentiellement émis de l’amiante a été identifié dans un rayon de 2 000 mètres d’un lieu de vie.
TABLEAU 2 - Répartition des cas enquêtés selon la probabilité de l’exposition professionnelle à l’amiante

Hommes

Femmes

Total

Exposition professionnelle non avérée

Non retrouvée

7

54

61

Possible

4

13

17

Exposition professionnelle avérée

Probable

1

4

5

Très probable

11

9

20

Total

23

80

103

En savoir plus

Survie des personnes atteintes de cancer en France métropolitaine 1989-2013. Etude à partir des registres des cancers du réseau Francim...

TÉLÉCHARGER

Un recours à l’indemnisation (maladie professionnelle et fiva) insuffisant (PNSM)

Globalement sur la période 2005-2016

  • Cas du Régime général de sécurité sociale (RGSS) :
    • 58% des cas de mésothéliome relevant du RGSS ont effectué une demande de reconnaissance en maladie professionnelle
    • 58% des patients ont adressé une demande d’indemnisation auprès du Fiva
    • 27% n’ont fait aucune démarche
Demandes Fiva et / ou DMP selon le sexe, l'âge et le régime de protection sociale. Cas du RGSS avec diagnostic de mésothéliome pleural confirmé 2005-2016.
Demandes Fiva et/ou DMP selon le sexe, l'âge et le régime de protection sociale, RGSS avec diagnostic de mésothéliome pleural confirmé, 2005-2016
  • Cas Hors RGSS : seulement 43% des cas ont effectué un recours auprès du Fiva
  • Des disparités géographiques importantes selon le lieu de résidence des cas
  • Des facteurs associés au recours à l’indemnisation variables selon le recours
    • DMP : âge, le statut d’ouvrier*, la vie en couple* et une exposition professionnelle à l’amiante identifiée (*seulement chez les hommes)
    • Fiva : âge, la vie en couple, une exposition professionnelle à l’amiante identifiée et l’appartenance au RGSS
  • Pas de diminution significative des demandes d’indemnisation auprès du Fiva pour mésothéliome pleural 

 
En conclusion, un recours aux dispositifs d’indemnisation des mésothéliomes pleuraux encore insuffisant (maladie professionnelles et Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante) justifiant notamment le renforcement de l’information sur ces dispositifs et les tableaux de reconnaissance en MP :

  • des acteurs médicaux et paramédicaux, afin de les sensibiliser aux enjeux médicosociaux liés au mésothéliome pleural et à l’importance d’informer et guider ces patients si possible en fonction de la nature de leurs expositions.
  • des patients sur leurs droits à indemnisations (DMP et Fiva).

Données de la déclaration obligatoire des mésothéliomes 

  • 3 992 cas de mésothéliomes diagnostiqués entre 2012 et 2017 ont été notifiés jusqu’au 15 août 2018. Ces cas sont principalement localisés à la plèvre (90 %) ou au péritoine (8 %).
  • Plus de la moitié des cas ont été notifiés par un pathologiste uniquement (54 %), près d’un quart par un pathologiste et un clinicien (23 %) et près d’un quart par un clinicien uniquement (23 %).
  • Le taux d’exhaustivité de la DO mésothéliomes (calculé en prenant comme référence les données du Programme national de surveillance du mésothéliome pleural couvrant 21 départements) a nettement augmenté entre les périodes 20122014 et 2015-2016 (respectivement 44 % et 65 %). Il a fortement diminué en 2017 (47 %) et reste très variable selon les régions.