Choléra

Toxi-infection digestive, le choléra est une maladie à déclaration obligatoire due à l'ingestion d'eau ou d'aliments contaminés par les bacilles Vibrio cholerae des sérogroupes O1 et O139.

Mis à jour le 17 juin 2019

Choléra : notre action

Le choléra représente principalement un risque pour la santé des voyageurs. En effet, s’il est rare en France métropolitaine et généralement issu de cas importés, le choléra peut être à l’origine de symptômes très sévères.
Même si les risques de contamination et d’épidémie sont très limités sur le territoire français, la surveillance épidémiologique de Santé publique France requiert le signalement précoce des cas dès la suspicion de cette infection afin d’en prévenir la propagation.

La surveillance épidémiologique du choléra

Une surveillance épidémiologique du choléra grâce à la déclaration obligatoire

Le choléra fait partie des « maladies à déclaration obligatoire » depuis 1902. Grâce à ce dispositif ciblant les cas dès la suspicion, Santé publique France suit l’évolution épidémiologique de la maladie, afin de prévenir sa propagation. La déclaration obligatoire consiste à recueillir des informations complètes concernant tous les cas identifiés auprès des biologistes et médecins. Dans certains cas, elle met en jeu deux procédures successives : le signalement puis la notification.

Les médecins et les biologistes qui suspectent ou diagnostiquent un cas de choléra doivent les signaler sans délai et par tout moyen approprié (téléphone, télécopie) au médecin de l'Agence régionales de santé (ARS) de leur lieu d'exercice. Le signalement permet au médecin de l'ARS de mettre en place en urgence les mesures de prévention individuelle et collective autour des cas, et le cas échéant, de déclencher des investigations pour identifier l'origine de la contamination et agir pour la contrôler.

La notification intervient après le signalement et le plus souvent après confirmation du diagnostic. Les médecins ou les biologistes déclarants notifient le cas au médecin de l'ARS du lieu d'exercice au moyen d'une fiche spécifique à chaque maladie. La notification permet d'analyser et de suivre l'évolution de ces maladies au sein de la population afin de mieux cibler les actions de prévention locales et nationales. La déclaration évolue en fonction de la définition des cas (signalés ou notifiés).

Définition de cas à signaler et à notifier

Cas signalés

Cas notifiés

cas suspects :
tableau clinique évocateur de choléra

cas confirmés :
cas cliniques confirmés avec identification d’un vibrion cholérique au Centre national de référence des vibrions et du choléra

signalement à faire en urgence et sur tout support (téléphone, fax, courriel)

cas confirmés 
cas suspects avec identification d’un vibrion cholérique au Centre national de référence des vibrions et du choléra
 
notification au moyen de la fiche de notification simple et téléchargeable sur Internet

Pour déclarer la maladie

25/06/2019

Fiche de notification

10/05/2019

Information des personnes sur la notification des maladies à déclaration obligatoire

Le Ministère chargé de la Santé assure la déclaration internationale des cas confirmés à l’Organisation mondiale de la santé.

Les partenaires de la surveillance :

INSTITUT PASTEUR
UNITE DE RECHERCHE ET D'EXPERTISE DES BACTERIES PATHOGENES
ENTERIQUES

25-28 RUE DU DOCTEUR ROUX
75724 PARIS CEDEX 15
Nom du responsable : Mme Marie-Laure QUILICI
Tél. : 01 40 61 33 85 - 01 45 68 82 21 - 01 45 68 83 45 - Fax : 01 45 68 88 37
Email : quilici@pasteur.fr
Site Internet : https://www.pasteur.fr/fr/sante-publique/cnr/les-cnr/vibrions-cholera
Fiche de renseignements cliniques et épidémiologiques du CNR des Vibrions et du Choléra : https://www.pasteur.fr/sites/default/files/se_fiche_daccompagnement_de_souche_cnrvc.pdf

Prévenir le choléra grâce à quelques règles d’hygiène

Pour prévenir le choléra, Santé publique France met en avant des documents d’information sur :

  • Les règles d’hygiène de base pour limiter le risque de contamination
  • La vaccination anti-cholérique pour les professionnels de santé allant travailler auprès de patients ou dans des camps de réfugiés en période d’épidémie.