Prévention canicule en population générale en période de circulation du virus SARS-CoV-2

Publié le 23 Juillet 2020
Mis à jour le 24 juillet 2020

En l'absence de données de littérature scientifique sur l'interaction entre la canicule et la COVID-19, actuellement disponibles, les éléments présentés dans cette note constituent un état des connaissances en date du 22 juin 2020 en s'appuyant essentiellement sur des avis et recommandations nationales, notamment l'ensemble des avis du Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Ils sont complétés par des productions d'institutions européennes ou internationales. Les éléments présentés dans cette note sont susceptibles d'être modifiés en fonction de l'évolution des données disponibles. Cette synthèse ne couvre pas l'ensemble des actions mises en oeuvre aussi bien pour prévenir la canicule que pour lutter contre la pandémie de COVID-19, notamment celles portées par les acteurs régionaux, les collectivités territoriales, les associations et les acteurs locaux qui ont une rôle primordial dans la gestion de ces crises sanitaires. L'augmentation de la fréquence et de l'intensité des vagues de chaleur, en lien avec le changement climatique, a été fréquemment décrite dans le monde et en France. En France, depuis 2015, les vigilances canicule ont touché davantage de départements parmi lesquels certains n'avaient jamais connu de passage en vigilance orange canicule auparavant. Des records de température ont été battus, et des canicules plus précoces (en juin) ou plus tardives (fin août-début septembre) ont été observées. Enfin, pour la première fois depuis la mise en place du Plan national canicule en 2004, des vigilances rouges ont été déclenchées au cours de l'été 2019. Pour cette année, en dépit d'un faible niveau de confiance, les prévisions à trois mois de Météo-France évoquent que, sur les deux tiers sud-ouest de la France, le trimestre prochain devrait être plus sec que la normale. Pour les températures, aucune tendance ne se dégage sur la France sauf sur le pourtour méditerranéen qui devrait connaître un trimestre plus chaud que la normale durant les mois de juillet à septembre 2020 (3). En période de circulation du virus SARS-CoV-2 et dans l'éventualité de la survenue de vagues de chaleur, certaines recommandations et dispositifs dédiés à la canicule et à la COVID-19 devront s'adapter pour garantir à l'ensemble de la population une protection sanitaire optimale. Cette synthèse rappelle dans un premier temps les mesures de prévention actuelles en matière de canicule et de la COVID-19 pour ensuite présenter les points de vigilance sur des recommandations et des mesures dans les deux dispositifs de prévention si une canicule devait survenir en période de circulation du virus SARS-CoV-2.

Auteur : Verrier Agnès, Gorza Maud, Le Goaster Corinne
Année de publication : 2020
Pages : 20 p.
Collection : Synthèse rapide COVID-19