Analyse du lien entre tabagisme, nicotine et Covid-19 : encourager la recherche et continuer à promouvoir l'arrêt du tabac

Suite à la production de différents travaux sur l'état des connaissances concernant le lien entre tabagisme, nicotine et COVID-19 et au regard des dernières études publiées, Santé publique France actualise ses recommandations.

Mis à jour le 26 mai 2021

Restez informés sur l'épidémie de COVID-19, France et Monde

Points de situation, questions-réponses, interviews d'experts... tout savoir sur l’infection au nouveau coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19, en France et dans le Monde

L’épidémie de COVID-19 a des conséquences sanitaires, sociales et économiques très importantes en France : la recherche est pleinement mobilisée pour identifier tous les moyens qui permettraient de prévenir les contaminations. 

Dans certaines études, il a été retrouvé une prévalence du tabagisme inférieure chez les patients COVID-19 ou présentant une sérologie positive au SARS-CoV-2, comparativement à celle de la population générale. En France, une analyse transversale des données des études EpiCov et Sapris en population générale a ainsi montré un risque diminué de sérologie positive parmi les fumeurs interrogés et dépistés. Ces études ont conduit certains chercheurs à émettre l’hypothèse selon laquelle la nicotine pourrait avoir un effet protecteur sur la contamination par la COVID-19. 

Santé publique France souligne que :

  • A ce stade, l’éventuel effet protecteur de la nicotine est une hypothèse de recherche, qu’il s’agit de tester grâce à des protocoles adaptés répondant aux critères de qualité de la recherche clinique. Plusieurs d’entre eux ont été proposé. 
  • Les études observationnelles suggérant une sous-représentation des fumeurs parmi les patients Covid-19 présentent certains biais, et aucun lien de causalité ne peut être établi :
    • pour celles basées sur des données médico-administratives, il peut s’agir de biais dans le recueil des comportements tabagiques présents ou passés, d’un recours différentiel des fumeurs et des non-fumeurs au système de soins, de facteurs de confusion (caractéristiques sociodémographiques, co-morbidités) non pris en compte dans l’analyse, d’une causalité inverse entre infection par la COVID-19 et arrêt du tabagisme ou d’une sensibilité différente des fumeurs et des non-fumeurs aux tests de dépistage,
    • pour celles basées sur des enquêtes, la représentativité n’est pas toujours assurée, comme en témoignent les prévalences tabagiques souvent faibles dans les échantillons interrogés, au regard de celles observées dans les enquêtes dédiées en particulier à la mesure des pratiques addictives, comme le Baromètre de Santé publique France. 

Pour répondre à la question du lien possible entre tabagisme, nicotine et COVID-19, Santé publique France recommande :

  1. La mise en place d’enquêtes de séroprévalence en population générale représentatives, c’est-à-dire basée sur une méthodologie aléatoire, en renseignant précisément les indicateurs suivants : tabagisme actuel, quantité consommée, tabagisme passé (si oui date et motif de l’arrêt du tabac), exposition au tabagisme passif, utilisation de produits du vapotage (si oui avec ou sans nicotine), utilisation de traitements substitutifs de la nicotine. Pour les enquêtes de ce type déjà réalisées, l’analyse détaillée du lien entre comportement tabagique et infection par le SARS-CoV-2 selon le sexe, l’âge ou d’autres variables d’intérêt est nécessaire. Les co-morbidités associées au tabagisme (maladies respiratoires ou cardio-vasculaires par exemple) devraient également être recherchées et prises en compte dans les analyses. 
  2. La mise en œuvre de protocoles de recherche adaptés et spécifiques sur ce sujet, notamment des études longitudinales pour étudier l’influence du tabagisme actuel ou passé sur la probabilité de contamination par le SARS-CoV-2, et des études cliniques pour tester l’hypothèse de l’effet protecteur de la nicotine tant sur la probabilité de contamination par le SARS-CoV-2 que sur l’évolution de la maladie.
  3. Une information à l’attention des professionnels de santé amenés à prendre en charge les patients COVID-19, afin de les inciter à une vigilance accrue en cas de diagnostic de COVID-19 chez un patient fumeur. En effet, parmi les personnes infectées par le SARS-CoV-2, le tabagisme (actuel ou passé) est associé à des formes plus sévères ou une aggravation de la maladie. Une méta-analyse basée sur 47 études auprès de plus de 30 000 patients a montré que le risque de forme grave de la Covid-19 était augmenté de 80% chez les fumeurs (RR=1,80 [1,14‐2,85]). De plus, les pathologies (respiratoires ou cardiovasculaires) directement liées au tabac peuvent être elles-mêmes associées à un pronostic défavorable de la maladie.
  4. Le maintien d’une offre d’incitation et de prise en charge du tabagisme pour l’ensemble des fumeurs français, dans un contexte de crise sanitaire, psychologique, économique et sociale pouvant mener à une augmentation du tabagisme. L'étude Coviprev de Santé publique France a montré que fin mars 2020, 27% des fumeurs déclaraient avoir augmenté leur consommation de tabac. Les professionnels de santé de premier recours doivent rester pleinement mobilisés pour accompagner les fumeurs vers le sevrage. En complément, les dispositifs d’aide à distance, comme le 39 89 et l’appli Tabac info service, ont montré leur efficacité et sont particulièrement pertinents dans ce contexte de restrictions des déplacements et des interactions sociales.

Si vous êtes un professionnel de santé et que vous souhaitez plus d’informations sur la prise en charge du sevrage tabagique de vos patients, consulter le site : https://pro.tabac-info-service.fr. Vous y trouverez également un article « Tabagisme et Covid-19 ».

1Haut conseil de la santé publique. Avis relatif au lien entre le tabagisme et la Covid-19. Paris : HCSP; 2020. 8 p.

2Alla F, Berlin I, Nguyen-Thanh V, Guignard R, Pasquereau A, Quelet S, et al. Tobacco and COVID-19: a crisis within a crisis? Can J Public Health. 2020;111(6):995-9.

3Simons D, Shahab L, Brown J, Perski O. The association of smoking status with SARS-CoV-2 infection, hospitalization and mortality from COVID-19: a living rapid evidence review with Bayesian meta-analyses (version 7). Addiction (Abingdon, England). 2020.

4Warszawski J, Bajos N, Meyer L, de Lamballerie X, Seng R, Beaumont A-L, et al. En mai 2020, 4,5 % de la population en France métropolitaine a développé des anticorps contre le SARS-CoV-2. Etudes & résultats. 2020;(1167):1-6.

5Carrat F, de Lamballerie X, Rahib D, Blanche H, Lapidus N, Artaud F, et al. Seroprevalence of SARS-CoV-2 among adults in three regions of France following the lockdown and associated risk factors: a multicohort study. medRxiv. 2020:2020.09.16.20195693.

6Changeux JP, Amoura Z, Rey FA, Miyara M. A nicotinic hypothesis for Covid-19 with preventive and therapeutic implications. C R Biol. 2020;343(1):33-9.

7Paleiron N, Mayet A, Marbac V, Perisse A, Barazzutti H, Brocq FX, et al. Impact of Tobacco Smoking on the risk of COVID-19.A large scale retrospective cohort study. Nicotine & tobacco research : official journal of the Society for Research on Nicotine and Tobacco. 2021.

8Tattan-Birch H, Marsden J, West R, Gage SH. Assessing and addressing collider bias in addiction research: the curious case of smoking and COVID-19. Addiction (Abingdon, England). 2020.

9Pasquereau A, Andler R, Arwidson P, Guignard R, Nguyen-Thanh V. Consommation de tabac parmi les adultes : bilan de cinq années de programme national contre le tabagisme, 2014-2019. Bull Epidemiol Hebd. 2020;(14):273-81.

10Thomas D, Berlin I. [Covid-19 and smoking]. Arch Mal Coeur Vaiss Pratique. 2021;2021(294):26-9.

11Reddy RK, Charles WN, Sklavounos A, Dutt A, Seed PT, Khajuria A. The effect of smoking on COVID-19 severity: A systematic review and meta-analysis. Journal of medical virology. 2021;93(2):1045-56.

12Santé publique France. Coviprev : une enquête pour suivre l’évolution des comportements et de la santé mentale pendant l'épidémie de COVID-19. 2020.

13Guignard R, Andler R, Quatremère G, Pasquereau A, du Roscoät E, Arwidson P, et al. Changes in smoking and alcohol consumption during COVID-19-related lockdown: A cross-sectional study in France. European journal of public health. 2021.