Analyse du lien entre tabagisme, nicotine et Covid-19 : encourager la recherche et améliorer les dispositifs de surveillance

Suite aux récentes études publiées sur l’hypothèse d’un effet protecteur de la nicotine dans la contamination par le COVID-19, Santé publique France encourage les initiatives de recherche mais émet des recommandations

Mis à jour le 13 mai 2020

Restez informés sur l'épidémie de COVID-19, France et Monde

Points de situation, questions-réponses, interviews d'experts... tout savoir sur l’infection au nouveau coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19, en France et dans le Monde

L’épidémie de COVID-19 a des conséquences sanitaires, sociales et économiques très importantes en France : il est donc légitime que la recherche soit pleinement mobilisée pour identifier tous les moyens qui permettraient de prévenir les contaminations. 

Dans les études sur le devenir des patients Covid-19, il a été retrouvé une prévalence du tabagisme inférieure à celle de la population générale : c’est notamment le cas pour deux études françaises récentes1. Ces études ont conduit certains chercheurs à émettre l’hypothèse selon laquelle la nicotine pourrait avoir un effet protecteur sur la contamination par le Covid-192

Santé publique France, pleinement mobilisée dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, salue et encourage les initiatives et la réactivité de la recherche dans ce champ. Elle souligne cependant les points suivants :

  • à ce stade, l’éventuel effet protecteur de la nicotine n’est qu’une hypothèse de recherche, qu’il s’agit de tester grâce à des protocoles adaptés répondant aux critères de qualité de la recherche clinique. Plusieurs d’entre eux ont été proposés : leurs conclusions seront très attendues ; 
  • les études observationnelles suggérant une sous-représentation des fumeurs parmi les patients Covid-19 ne sont pas exemptes de limites, comme l’a souligné la Société francophone de tabacologie dans un commentaire adressé aux auteurs. Ces résultats devront être confirmés par des études réplicatives limitant les biais constatés (l’une d’entre elle est en cours de publication), des études répondant à une méthode plus adéquate (par exemple, des études cas-témoin), et par la mobilisation d’un système d’information amélioré, dans lequel le tabagisme serait renseigné de façon systématique et complète3

Pour répondre à la question du lien possible entre tabagisme, nicotine et Covid-19, Santé publique France recommande :

  1. Dans les systèmes d’information, le renseignement systématique des indicateurs suivants pour tous les patients Covid-19 : tabagisme actuel, tabagisme passé (si oui date et motif de l’arrêt du tabac), exposition au tabagisme passif, utilisation de produits du vapotage (si oui avec ou sans nicotine), utilisation de traitements substitutifs de la nicotine 
  2. La mise en œuvre de protocoles de recherche adaptés, notamment des études cas-témoin pour étudier l’influence du tabagisme actuel ou passé sur la probabilité de contamination par le Covid-19, et des études cliniques pour tester l’hypothèse de l’effet protecteur de la nicotine tant sur la probabilité de contamination par le Covid-19 que sur l’évolution de la maladie.
  3. Une information à l’attention des professionnels de santé amenés à prendre en charge les patients Covid-19, afin de les inciter à une vigilance accrue en cas de repérage d’un patient Covid-19 fumeur. En effet, parmi les personnes infectées par le COVID-19, le tabagisme est associé à des formes plus sévères et une aggravation de la maladie4,5.
  4. Le maintien d’une offre d’incitation et de prise en charge du tabagisme pour l’ensemble des fumeurs français, dans un contexte de confinement pouvant mener à une augmentation du tabagisme. Une étude de Santé publique France a montré que fin mars, 27% des fumeurs déclaraient avoir augmenté leur consommation de tabac6. Les professionnels de santé de premier recours restent pleinement mobilisés pour accompagner les fumeurs vers le sevrage. En complément, les dispositifs d’aide à distance, comme le 39 89 et l’appli Tabac info service, ont montré leur efficacité et sont particulièrement pertinents dans ce contexte de confinement ou de déconfinement progressif.

1Miyara, M., Tubach F., Pourcher V., Morelot-Panzini C., Pernet J., Haroche J., Lebbah S., et al. 2020. « Low Incidence of Daily Active Tobacco Smoking in Patients with Symptomatic COVID-19 ». Qeios, avril. https://doi.org/10.32388/WPP19W.3 et Fontanet, A., Tondeur L., Madec Y., Grant R., Besombes C., Jolly N., Fernandes Pellerin S., et al. 2020. «Cluster of COVID-19 in Northern France: A Retrospective Closed Cohort Study». MedRxiv, avril, 2020.04.18.20071134. https://doi.org/10.1101/2020.04.18.20071134
2Changeux, J-P., Amoura Z., Rey F., et Miyara M. 2020. «A Nicotinic Hypothesis for Covid-19 with Preventive and Therapeutic Implications». Qeios, avril. https://doi.org/10.32388/FXGQSB
3Brake, S. J., Barnsley, K., Lu, W., McAlinden, K. D., Eapen, M. S., & Sohal, S. S. (2020). Smoking upregulates angiotensin-converting enzyme-2 receptor: a potential adhesion site for novel coronavirus SARS-CoV-2 (Covid-19).
4Patanavanich, R., & Glantz, S. A. (2020). Smoking is Associated with COVID-19 Progression: A Meta-Analysis. medRxiv.
5Alqahtani JS, Oyelade T, Aldhahir AM, Alghamdi SM, Almehmadi M, Alqahtani AS, et al. Prevalence, Severity and Mortality associated with COPD and Smoking in patients with COVID-19: A Rapid Systematic Review and Meta-Analysis. PloS one. 2020;15(5):e0233147. Epub 2020/05/12.
6Données de Santé publique France, enquête CoviPrev 2020 sur l’évolution des comportements et de la santé mentale pendant le confinement.