What is new about epidemiology of acute infectious encephalitis?

Publié le 2 Juin 2014
Mis à jour le 10 septembre 2019

Purpose of review: this review aims to describe new features on the epidemiology of encephalitis world-wide. As this neurological presentation is most frequently related to transmitted viruses, surveillance of encephalitis is of major importance to detect their emergence or re-emergence. Recent findings: rabies causes one of the most severe types of encephalitis as it is lethal in all cases, and it is endemic in some countries. It was thought that the virus had been eradicated in Western Europe, but it re-emerged in Greece and Italy. Physicians should be aware of this diagnosis in the case of severe encephalitis. Some viruses (Powassan, Nipah, and Hendra) are becoming endemic in some new parts of the world (USA and Australia). Because of their severity, they are healthcare concerns in those countries and for travelers (e.g. in Asia). Finally, a concept is emerging: herpes simplex virus is suspected to be a trigger for autoimmune encephalitis. This is of major importance for the future management of patients (corticosteroids early in the course of the disease?), and the epidemiology of sequelae. Summary: encephalitis is a good marker for the detection of emerging infections. New findings about the relationship between herpes simplex virus encephalitis and autoimmune encephalitis open a new concept for a better management of patients. (R.A.) Traduction du résumé : Cet article a pour objectif de décrire les nouvelles caractéristiques de l'épidémiologie des encéphalites dans le monde. Sachant que ce tableau neurologique est le plus souvent lié à des virus transmissibles, la surveillance des encéphalites est d'une importance majeure pour détecter leur émergence ou ré-émergence. La rage provoque l'un des types les plus graves d'encéphalite, car elle est mortelle dans tous les cas, et est endémique dans certains pays. On pensait que le virus avait été éradiqué en Europe de l'Ouest, mais il est réapparu en Grèce et en Italie. Les cliniciens doivent envisager ce diagnostic face à un cas d'encéphalite grave. Certains virus (Powassan, Nipah et Hendra) deviennent endémiques dans certaines régions du monde (Etats-Unis et Australie). En raison de leur gravité, ils représentent des risques sanitaires dans ces pays et pour les voyageurs (par exemple en Asie). Enfin, un concept se dégage actuellement : le virus de l'herpès simplex pourrait être un des déclencheurs des encéphalites auto-immunes. Cette hypothèse revêt une importance majeure pour la prise en charge des patients dans le futur (quelle place pour les corticostéroïdes au début de l'évolution de la maladie?), et pour la compréhension de l'épidémiologie des séquelles. Les encéphalites sont un bon marqueur pour détecter les infections émergentes. Les découvertes récentes sur la relation entre l'encéphalite à virus de l'herpès simplex et l'encéphalite auto-immune sont prometteuses pour proposer une meilleure prise en charge des patients(Traduction effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale - CeVE - de l'InVS)

Auteur : Stahl JP, Mailles A
Current opinion in neurology, 2014, vol. 27, n°. 3, p. 337-41