Epidémie d'infections à méningocoque W135 liée au pèlerinage de la Mecque de 2000

Publié le 1 Octobre 2001
Mis à jour le 11 septembre 2019

Introduction : Du 3 au 7 avril 2000, 4 cas d'infections à méningocoque (IM) de sérogroupe W135, dont 2 fatals, ont été signalés chez des pèlerins revenant de la Mecque et dans leur entourage immédiat. La rareté de la souche en France, son appartenance au complexe clonal impliqué dans plusieurs épidémies en Europe et en Amérique, la forte létalité observée, ont conduit la Direction Générale de la Santé (DGS) à recommander, le 8 avril, une chimioprophylaxie par rifampicine à tous les pèlerins et les personnes vivant à leur domicile. L'Institut de Veille Sanitaire (InVS) a mené une investigation afin de décrire l'épidémie, de suivre la diffusion de la souche dans la population et d'évaluer l'impact des mesures mises en place et l'éventuel besoin d'autres mesures spécifiques. Méthodes : Un cas était confirmé lorsqu'une souche isolée après le 22 mars d'un milieu habituellement stérile était identique à la souche épidémique (W135, 2a: P1-2,5 - complexe clonal ET37). Un cas était probable lorsqu'il survenait chez un pèlerin ou un contact de pèlerin présentant soit une IM clinique (liquide céphalorachidien purulent ou purpura fulminans) soit une souche W135 dont les caractéristiques étaient impossibles à déterminer. Pour chaque cas un questionnaire standardisé, élaboré en collaboration avec les pays européens concernés par l'épidémie, a été appliqué. Résultats Au 20/11/2000, 25 cas confirmés et 2 cas probables ont été identifiés ; 85 % des cas sont survenus pendant les 7 premières semaines de l'épidémie. La létalité a été de 18 %. Les patients de plus de 50 ans représentaient 66 % des cas (6/9) avant le 9 avril 2000 et 17 % des cas (3/18) après cette date. Chez 4 patients il s'agissait d'une mono-arthrite. Aucun foyer de cas groupés n'a été identifié. Quatre cas sont survenus parmi les 19100 pèlerins (taux d'attaque : 21/100 000), 9 parmi des personnes vivant à leur domicile, 7 parmi des sujets ayant eu un contact direct avec un pèlerin hors foyer et, pour 7 cas, aucun contact direct avec un pèlerin n'a été trouvé. Ces 7 cas sont survenus après la 3e semaine de ll'épidémie. Aucun cas n'est survenu chez des personnes ayant suivi la chimioprophylaxie par rifampicine. Dix-huit cas sont survenus après la diffusion des recommandations de la DGS, dont 5 appartenaient à la population visée par les mesures. Conclusion : Ces données suggèrent que la souche épidémique n'est pas différente des autres souches en terme de virulence et de transmissibilité. Huit mois après la fin du pèlerinage, le nombre de cas liés à l'épidémie est resté limité en France. Cependant, les caractéristiques des cas les plus récents sont en faveur de la persistance de la circulation du clone épidémique dans la population générale. La DGS recommande aux pèlerins se rendant au pèlerinage de La Mecque 2001 la vaccination par le vaccin quadrivalent A,C,W135,Y.

Auteur : Matsika Claquin MD, Perrocheau A, Taha MK, Levy Bruhl D, Renault P, Alonso JM, Desenclos JC
La Presse médicale, 2001, vol. 30, n°. 31, p. 1529-34