Les données de prévalence en population générale

En 2004, l’enquête nationale de prévalence des hépatites B et C conduite en population générale adulte en France métropolitaine a permis d’estimer :  

  • La prévalence de l'antigène HBs à 0,65 % (IC95% : 0,45-0,93), ce qui correspondait à 280 821 personnes (IC95% : 179 730-381 913) ayant une hépatite chronique B. Parmi ces personnes, 45 % (IC95% : 23-69) se savaient positives vis-à-vis de l'antigène HBs.
  • La prévalence des anticorps anti-HBc à 7,3 % (IC95% : 6,5-8,2), ce qui correspondait à 3,1 millions de personnes (IC95% : 2,8-3,5) ayant eu un contact antérieur avec le VHB.  

Les facteurs trouvés significativement associés à la positivité des anticorps anti-HBc étaient : l'usage de drogues par voie intraveineuse, l'homosexualité, la précarité, un niveau d'éducation inférieur au baccalauréat, un séjour d'au moins trois mois en institutions, un pays de naissance où la prévalence de l'antigène HBs est supérieure à 2 %, un lieu de résidence situé dans le quart Nord-Est, Sud-Est ou l'Ile-de-France, le fait d'être un homme et d'être âgé de plus de 29 ans. 

En 2016, le volet virologique « BaroTest » du Baromètre santé 2016 a permis d’estimer, en population générale adulte (18-75 ans) vivant en France métropolitaine, la prévalence de l'antigène HBs à 0,30% (IC 95% : 0,13-0,70) ce qui correspondait à 135 706 personnes (IC95% : 58 224-313 960) ayant une hépatite chronique B. Parmi ces personnes, 17,5% (IC95% : 4,9-46,4) connaissaient leur statut. 

A lire aussi

Prévalence des hépatites B et C en France en 2004. Décembre 2006

Télécharger

Les données de prévalence en populations spécifiques

  • Chez les femmes enceintes :  

A partir des données de l’Enquête nationale périnatale (ENP) réalisée en 2016 auprès de l’ensemble des maternités de France entière une semaine donnée, la prévalence de l’hépatite chronique B (portage de l’AgHBs) chez les femmes enceintes a été estimée à 0,8% (IC95%:0,6-0,9). Cette prévalence variait de 0,4% (IC95%:0,3-0,5) pour celles nées dans un pays de faible endémicité du VHB, à 1,1% (IC95%:0,6-1,2) pour celles nées dans un pays de moyenne endémicité et à 5,6% (IC95%:4,2-7,4) pour celles nées en pays de forte endémicité.  

A partir des données de l’enquête en maternités réalisée en 2011 dans le cadre de l’étude ELFE (Étude Longitudinale Française depuis l’Enfance), la prévalence de l’hépatite chronique B chez les femmes enceintes a été estimée à 0,8% (IC95%:0,6-1,1). Cette prévalence variait de 0,3% (IC95%:0,2-0,5) pour celles nées dans un pays de faible endémicité du VHB, à 1,2% (IC95%:0,6-2,2) pour celles nées dans un pays de moyenne endémicité et à 6,7% (IC95%:4,5-9,8) pour celles nées en pays de forte endémicité.  

Dans la population afro-caribéenne d’Ile-de-France, l’enquête AfroBaromètre, menée en 2016 dans des lieux communautaires d’Ile-de-France, la prévalence de l’hépatite chronique B (portage de l’AgHBs) était de 5,1%. Elle atteignait 7,0% chez les personnes nées en Afrique subsaharienne. Parmi l’ensemble des personnes porteuses de l’AgHBs, seules 23% connaissaient leur statut. 

Chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes fréquentant des lieux de convivialité gay, la prévalence de l’hépatite chronique B a été estimée à 0,6% [IC95%: 0,2-1,3], à partir de l’enquête Prévagay 2015. Chez les HSH séropositifs pour le VIH, la prévalence estimée était de 1,5% [0,6-3,6].  

A lire aussi

article 12/05/2015

Dépistage des maladies infectieuses en cours de grossesse : résultats de l'enquête Elfe en maternités, France métropolitaine, 2011. Num...

article 28/11/2017

Infections VIH et VHB parmi les Afro-Caribéens d'Île-de-France : des prévalences élevées et des dépistages insuffisants. Numéro thémati...

article 15/05/2018

Prévalence de l'infection par le virus de l'hépatite B (VHB) et couverture vaccinale contre le VHB chez les hommes ayant des relations ...

Chez les usagers de drogues fréquentant les structures de prise en charge et de réduction des risques, l’enquête ANRS-Coquelicot 2011-2013 a permis d’estimer la prévalence de l’hépatite chronique B à 1,4% (IC95% : 0,8-2,5). Elle variait de 0,7% (IC95% : 0,3-1,5) chez les usagers nés un pays de faible endémicité du VHB, à 2,2% (IC 95% : 0,8-5,7) chez ceux nés dans un pays de moyenne endémicité et à 7,6% (IC 95% : 2,7-19,1) chez ceux nés dans un pays de forte endémicité pour le VHB. 

Parmi la population hospitalière, l’analyse des données du Programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) a permis d’estimer à 0,11% la proportion de patients hospitalisés avec un diagnostic principal, relié ou associé d’hépatite chronique B en 2010 et 2011. 

A lire aussi

article 2/06/2015

Prévalence de l'antigène HBs dans deux populations exposées : les usagers de drogues (ANRS-Coquelicot 2011-2013) et les hommes ayant de...

vignette-article-scientifique
12/06/2019

Hepatitis B virus in drug users in France: prevalence and vaccination history, ANRS-Coquelicot Survey 2011-2013.

article 13/05/2014

Prévalence, morbidité et mortalité associées aux hépatites B et C chroniques dans la population hospitalisée en France, 2004-2011