Les inégalités sociales et territoriales de santé

Les inégalités de santé concernent toute la population sur l’ensemble du gradient social et peuvent apparaitre dès le plus jeune âge. Des mesures favorisant l’égalité des chances, pour tous et pour les populations les plus vulnérables, permettrait de les éviter.

Mis à jour le 23 septembre 2021

L'info accessible à tous

La prévention en santé accessible à tous les publics

Dans cet article

En France, l’état de santé de la population est marqué par un paradoxe : un bon état de santé en moyenne, mais des inégalités de santé importantes dès l’enfance et tout au long de la vie. L’épidémie de Covid-19, en frappant plus durement les populations fragiles, a agi comme un révélateur de l’impact de ces déterminants sur l’état de santé des populations.

Les inégalités de santé : une multitude de facteurs

Les inégalités de santé sont des « différences systématiques, évitables et importantes dans le domaine de la santé » observées entre des groupes sociaux. Elles résultent d’une inégalité de distribution d’une multitude de déterminants sociaux tels que le genre, le pays de naissance, la composition familiale, le revenu, la scolarité, le métier, le soutien social mais aussi d’autres déterminants plus globaux, telles que les politiques sociales. Les déterminants sociaux sont à l’origine des inégalités sociales de santé, définies comme « toute relation entre la santé et l’appartenance à une catégorie sociale ». Ces inégalités s’accompagnent d’inégalités territoriales d’accès à des services ou à l’emploi selon les territoires. Elles s’accompagnent aussi de disparités de qualité de vie, d’environnement et de travail.

Quelles sont les populations les plus touchées ?

Les inégalités sociales et territoriales de santé concernent toute la population, sur l’ensemble du gradient social. En d’autres termes, les personnes qui ont une position sociale favorable sont en meilleure santé que celles qui sont juste au-dessous, et ainsi de suite jusqu’aux personnes les plus démunies. Ainsi, les personnes vivant dans les zones les plus défavorisées ont une moins bonne santé de façon générale. 

De nombreuses études mettent en avant l’influence des déterminants sociaux sur la santé, comme par exemple : 

  • une moins bonne chance de survie après un cancer pour les personnes vivant dans des zones les plus défavorisées (Tron, 2021)
  • une augmentation des hospitalisations et de la mortalité pour certaines maladies cardio-neuro-vasculaires (AVC, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque et embolie pulmonaire) lorsque le niveau socio-économique des patients diminue (Lecoffre, 2016)
  • une plus grande difficulté à arrêter de fumer pour les personnes socialement défavorisées, plus grosses consommatrices de tabac, bien qu’étant autant désireuses que le reste de la population (Guignard, 2016). 

Les inégalités sociales de santé agissent dès l’enfance et peuvent se maintenir tout au long de la vie. Par exemple, le surpoids des enfants et des adultes est plus important dans les familles dont le diplôme est plus faible, alors que la France est l'un des premiers pays au monde à constater une stabilisation en moyenne (Verdot, 2017). 

Ces inégalités de santé pourraient être évitées par des mesures favorisant l'égalité des chances pour l’ensemble de la population et pour les populations les plus vulnérables.

Focus sur les personnes vulnérables 

Les personnes peuvent être en situation de vulnérabilité quand elles présentent à un certain moment de leur vie une fragilité particulière : d’ordre physique (jeune âge ou âge avancé, handicap), psychologique (victimes de violences), ou social à plusieurs niveaux : 

  • économique : chômeurs, personnes sans domicile, personnes dans la précarité 
  • administratif : déboutés du droit d’asile 
  • culturel : migrants, gens du voyage, illettrés
  • comportemental : orientation sexuelle, usagers de drogues, travailleurs du sexe

Des approches spécifiques seront développées auprès des populations vulnérables non couvertes par les systèmes de surveillance et souvent exclues des études en raison de leur éloignement du système de soin.

Les inégalités sociales et territoriales de santé : un enjeu prioritaire pour Santé publique France

Santé publique France déploie un programme dédié aux inégalités sociales et territoriales de santé, en étroite collaboration avec les équipes de recherche, les acteurs associatifs et les politiques publiques. 

Ce programme est déployé à l’échelle des territoires y compris des départements et régions d’outre-mer. Il a un double objectif :

  • mieux mesurer et comprendre les effets des inégalités sociales de santé sur la santé
  • mettre à disposition des acteurs des outils permettant de les réduire et proposer des actions efficaces

Pour cela, notre action vise à intégrer les déterminants sociaux dans nos programmes de surveillance, nos enquêtes et nos évaluations (Gorza, 2018). Elle vise aussi à concevoir et adapter les actions de prévention et de promotion de la santé selon le gradient social. Les interventions sont ainsi ajustées et modulées au regard du niveau socio-économique des populations.

Quelques actions mises en place pour lutter contre les inégalités

Dans le cadre de notre programme, nous déployons des dispositifs et mettons à disposition des outils de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé. Citons par exemple :

Publication des résultats d’une étude menée en 2020 dans 6 départements de Nouvelle-Aquitaine et du plan de lutte mis en place par l’ARS contre la Covid-19 auprès des Gens du voyage.

Mobiliser et partager les connaissances concernant les stratégies de dépistage et de vaccination à mettre en œuvre auprès de populations en grande précarité en France. 

Prise en compte des inégalités de santé dans le programme de lutte contre le tabagisme. Exemple de Mois sans tabac.

Répondre aux besoins des populations, quels que soient les niveaux de littératie en santé, dans les dispositifs de communication et de marketing social. Prendre en compte la littératie en santé dans les études. En partenariat avec le Réseau francophone de littératie en santé (Reflis).

Prise compte des discriminations dans les stratégies de lutte contre les inégalités sociales, territoriales et environnementales de santé.

Quelques études récentes en population