Journée nationale de la qualité de l’air 2021

A l’occasion de la journée nationale de la qualité de l’air, Santé publique France et ses partenaires publient de nouvelles données nationales et régionales sur l’impact de la pollution de l’air ainsi que les liens entre exposition à la pollution de l’air extérieur et troubles neurologiques mentaux. 

Mis à jour le 15 octobre 2021
Dans cet article

Liens entre exposition à la pollution atmosphérique extérieure et troubles neurologiques et mentaux

Santé publique France publie un rapport sur les liens entre une exposition à la pollution atmosphérique extérieure et les troubles neurologiques et mentaux, et la possibilité de quantifier ce lien en France. L’objectif de cette étude est de mettre à jour les connaissances sur le sujet et envisager la faisabilité d'une évaluation quantitative d'impact sur la santé de la pollution atmosphérique extérieure (EQIS-PA) en France. 

Résultats de l’étude 

Une revue de littérature a été conduite de janvier 2000 à décembre 2019 complétée par une recherche de données d’incidence ou de prévalence disponibles en France. Cette revue rapporte les relations les plus robustes pour l’exposition à long terme aux particules fines PM2,5, et les troubles du spectre autistique (TSA) chez les enfants depuis la période périnatale jusqu’à 8 ans ainsi que pour une exposition prénatale ; les troubles dépressifs ; la démence chez les adultes de plus de 50 ans ; et la maladie de Parkinson chez les adultes de plus de 40 ans.

En France, les indicateurs de santé pertinents et disponibles à ce jour dans la base de données du Système national des données de santé (SNDS) sont la prévalence des TSA et l’incidence de la maladie de Parkinson.

Limites de l’étude

Cependant, il est important de noter que les connaissances issues de la littérature concernant une relation entre troubles neurologiques et mentaux, et exposition à la pollution de l’air ne sont pas encore au même niveau de preuve que pour la relation entre l’exposition à la pollution de l’air et les pathologies cardiovasculaires ou respiratoires. 

Le programme de surveillance Air et santé (le Psas) de Santé publique France prendra en compte ces nouvelles informations dans le cadre de la mise à jour de ses recommandations pour la mise en œuvre des EQIS-PA en France.

A télécharger

Effets à court et long terme de la pollution atmosphérique extérieure sur les troubles neurologiques et mentaux : opportunité pour la r...

En savoir plus

Impact de la pollution atmosphérique sur la santé des habitants de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Pour la première fois, Santé publique France publie un rapport à l’échelle d’une région sur l’impact sur la santé de la pollution atmosphérique. Cette étude innovante s’appuie sur une modélisation fine des concentrations en polluants et fournit des résultats de morbidité en plus de la mortalité et à partir de plusieurs indicateurs de pollution (PM2,5, NO2 et Ozone). Ses résultats permettront d’informer le public, de sensibiliser et d’appuyer les acteurs locaux dans la mise en œuvre des politiques publiques visant à améliorer la qualité de l’air.

Principaux résultats

Chaque année, en Auvergne-Rhône-Alpes, près de 4 300 décès seraient attribuables à une exposition de la population aux particules fines (PM2,5) et 2 000 décès à une exposition de la population au dioxyde d’azote (NO2 : polluant traceur de la pollution liée au trafic), représentant respectivement 7% et 3% de la mortalité totale annuelle. Cette étude évalue également que près de 200 cancers du poumon, 780 accidents vasculaires cérébraux (AVC) et 550 passages aux urgences pour asthme chez les enfants seraient attribuables à l’exposition aux particules fines (PM2,5) et que l’exposition à l’ozone serait responsable chaque année, chez les personnes âgées de 65 ans et plus, de 900 hospitalisations pour causes cardiovasculaires et 240 hospitalisations pour causes respiratoires.

Chaque année, en Auvergne-Rhône-Alpes, près de 4 300 décès seraient attribuables à une exposition de la population aux particules fines et 2 000 décès à une exposition de la population au dioxyde d’azote.

Bien que la qualité de l’air s’améliore globalement tous les ans en Auvergne‑Rhône‑Alpes, la pollution de l’air ambiant reste un enjeu majeur pour la santé de la population de la région. Certains territoires restent plus touchés : les grandes agglomérations, la vallée du Rhône et de la Saône, les vallées alpines et, pour l’exposition à l’ozone, le sud de la région. Cependant, toute réduction de pollution, quel que soit le territoire, urbain, périurbain ou rural, permettra un bénéfice sanitaire pour la population.

Au‑delà des bénéfices sanitaires liés à la réduction de l’exposition aux polluants, les actions menées pour réduire cet impact notamment dans un contexte plus large d’urbanisme favorable à la santé, peuvent permettre des co-bénéfices conséquents sur d’autres déterminants de santé (activité physique, bruit, lien social, îlots de chaleurs…).

Infographie « Pollution de l’air ambiant : impact sur la santé en région Auvergne-Rhône-Alpes »

Visuel représentant l'infographie Pollution de l'air ambiant : impact sur la santé en région Auvergne-Rhône-Alpes

TELECHARGER L'INFOGRAPHIE

En savoir plus

enquêtes/études 14/10/2021

Évaluation quantitative d'impact sur la santé (EQIS) de la pollution de l'air ambiant en région Auvergne-Rhône-Alpes, 2016-2018

presse 14/10/2021

Pollution de l’air en région Auvergne-Rhône-Alpes : première évaluation quantitative de l’impact sur la santé à l’échelle régionale

Pollution de l’air ambiant et mortalité en France : nouvelles estimations de l’impact économique et influence du confinement au printemps 2020

L’Aix-Marseille School of Economics (AMSE, Aix-Marseille Université, AMU), en partenariat avec Santé publique France, publie une évaluation économique de la mortalité évitée par les restrictions d’activité du printemps 2020 en lien avec la Covid-19. Cette évaluation est mise en perspective avec l’impact de l’exposition à long terme de la population française métropolitaine à la pollution de l’air ambiant sur la période 2016-2019.

Impacts sanitaires et économiques de l’amélioration de la qualité de l’air pendant le confinement

Selon l’étude, si les niveaux de pollution de l’air étaient ramenés de manière pérenne aux niveaux observés pendant le confinement du printemps 2020, environ 2 300 décès pourraient être évités en lien avec une diminution de l’exposition de la population française aux particules fines ambiantes PM2,5, et presque 900 décès pourraient être évités en lien avec le dioxyde d’azote (NO2). L’AMSE (AMU) a estimé à respectivement 7,5 milliards et 3 milliards d’euros ces impacts en termes économiques.

Impacts sanitaires et économiques de l’exposition à long terme à la pollution de l’air ambiant

Pour mettre en perspective les résultats liés au confinement du printemps 2020, l’étude montre également que la mortalité liée à l’exposition à long terme à la pollution de l’air ambiant reste un risque conséquent en France avec 40 000 décès attribuables chaque année aux particules fines (PM2,5) et 7 000 décès attribuables au dioxyde d’azote (NO2). Cela représente respectivement 7% et 1% de la mortalité totale annuelle, pour une perte moyenne d’espérance de vie chez les personnes âgées de 30 ans et plus de presque 8 mois pour les PM2,5 et de 2 mois pour le NO2

En France, la mortalité liée à l'exposition à long terme aux particules fines présente un risque de près de 40 000 décès chaque année. En termes économiques, cela représente environ 130 milliards d'euros.

En termes économiques, cela représente un impact sociétal annuel d’environ 130 milliards d’euros pour les PM2,5 et 23 milliards d’euros pour le NO2.

Ces travaux et leur traduction en termes économiques pour la société française soulignent une nouvelle fois l’importance de poursuivre les efforts de réduction de la pollution atmosphérique, en agissant sur l’ensemble des sources de pollution.

En savoir plus

vignette-rapport-synthese
14/10/2021

Pollution de l’air ambiant et mortalité en France : nouvelles estimations de l’impact économique et influence du confinement au printem...

enquêtes/études 14/04/2021

Impact de pollution de l'air ambiant sur la mortalité en France métropolitaine. Réduction en lien avec le confinement du printemps 2020...

article 7/09/2021

Impact de la pollution de l'air ambiant sur la mortalité en France métropolitaine : réduction en lien avec le confinement du printemps ...

À lire aussi - Rapport de l’Unicef sur les conséquences (aggravées par les inégalités sociales de santé) de la pollution atmosphérique sur les enfants 

La pollution de l’air a des conséquences graves sur la santé. Les enfants paient le plus lourd tribut à cette exposition : ils sont plus vulnérables à l’exposition, de par l’immaturité de leur organisme, et vont également être affectés tout au long de leur vie d’adulte par cette exposition précoce. Certaines périodes, telles que les 1000 premiers jours, ont un impact particulièrement important sur la santé de l’enfant. 

Tous les enfants ne sont pas logés à la même enseigne et la pauvreté accentue la vulnérabilité de l’enfant face à l’exposition atmosphérique. De nombreuses études ont montré que, pendant la grossesse, l’exposition aux polluants atmosphériques était croissante avec le niveau de pauvreté.

Les enfants vivant en situation de pauvreté cumulent d’autres expositions environnementales (précarité du logement, pollution de l’air intérieur, bruit, quartier avec peu d’espaces verts), et d’autres facteurs de risque (tabagisme passif, moindre accès à une alimentation saine) ; ils ont plus souvent des comorbidités (surpoids) et un moindre recours aux soins, avec une moins bonne prise en charge lorsqu’ils développent des pathologies potentiellement liées à la pollution de l’air. 

Pourtant, alors que la prise en compte des inégalités sociales et environnementales de santé est affichée comme un enjeu majeur de santé publique en France, aucune politique environnementale ne prend en compte les enfants en situation de vulnérabilité économique. 

Santé publique France participe à ce constat, et relaie la publication de l’Unicef pour une meilleure prise en compte de la défaveur sociale auprès des politiques publiques de lutte contre la pollution de l’air.

EN VIDEO 14 OCTOBRE 2021

La pollution, c'est quoi ? quels sont les impacts sur la santé ?