Projection de l'incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine en 2015. Rapport technique

Publié le 1 Janvier 2015
Mis à jour le 5 juillet 2019

Objectif : les projections d'incidence et de mortalité par cancer permettent d'estimer pour l'année en cours les nombres attendus de nouveaux cas et de décès par cancer au niveau national. La publication des projections, actualisée tous les deux ans, s'inscrit dans le cadre de l'objectif 15 du Plan Cancer 2014-2019 : "Appuyer les politiques publiques sur des données robustes et partagées ". Méthode : les projections sont issues d'une modélisation statistique à partir des données d'incidence collectées par les registres des cancers du réseau Francim et des données de mortalité fournies par le Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (CépiDc, Inserm) sur la période 1975-2011. Ces projections reposent sur des hypothèses (scenarii) concernant l'évolution de l'incidence et de la mortalité entre 2011 et 2015. Trois scenarii ont été considérés : A prolongation de la tendance récente, B taux constant depuis 2011, et C prolongation de la tendance moyenne 1980-2011. Dix-neuf localisations tumorales solides ont été analysées. Pour l'incidence, le scénario A a été retenu pour la plupart des localisations : lèvre-cavité orale-pharynx, oesophage, estomac, côlon-rectum, foie, larynx (chez l'homme), poumon, mélanome de la peau, col de l'utérus, corps de l'utérus, ovaire, testicule, vessie, rein, système nerveux central, et thyroïde. Le scénario B a été privilégié pour le cancer du sein dont les dernières données d'incidence, confortées par des résultats internationaux, suggèrent une stabilisation du taux. Ce scénario a également été appliqué au cancer du pancréas dont l'augmentation d'incidence assez spécifique en France rend difficile les projections qui doivent être interprétées avec prudence. Le scénario C a été privilégié chez la femme pour le cancer du larynx, l'hypothèse d'une augmentation de l'incidence étant la plus probable. Pour la prostate, compte tenu de l'incertitude sur l'évolution à très court terme de l'incidence, seule l'estimation en 2011 est rapportée. Le scénario A a systématiquement été retenu pour les projections de mortalité. Enfin, les projections " tous cancers " intègrent, en plus des projections spécifiques de chaque localisation, les estimations pour les hémopathies malignes bien que non présentées dans ce rapport. Résultats : en 2015, le nombre de nouveaux cas de cancer en France métropolitaine est estimé à 210 882 chez l'homme et 173 560 chez la femme, soit des taux standardisés (sur la population mondiale) respectifs de 362,4 et 272,6 pour 100 000 personnes-années. Le nombre de décès par cancer est estimé à 84 041 chez l'homme et 65 415 chez la femme, soit respectivement 124,0 et 72,9 pour 100 000 personnes-années.

Auteur : Leone N, Voirin N, Roche L, Binder Foucard F, Woronoff AS, Delafosse P, Remontet L, Bossard N, Uhry Z
Année de publication : 2015
Pages : 62 p.