La santé des migrants : notes pour une généalogie

Publié le 23 Avril 2021
Mis à jour le 24 avril 2021

La santé des exilés, qu'ils soient immigrés, réfugiés, demandeurs d'asile ou étrangers en situation irrégulière, est généralement meilleure, à leur arrivée, que celle des nationaux des pays dits d'accueil, mais elle se dégrade rapidement dans ces derniers, résultante non seulement des difficultés d'accès aux soins, mais aussi et surtout du traitement qui leur est fait par la société où ils espéraient fonder une nouvelle vie. En remontant plus d'un siècle d'histoire, Didier Fassin analyse comment a été et est perçue ce qu'on a appelé la " santé des migrants " via des approches hygiéniste, tropicaliste, différencialiste, épidémiologique. Il interroge cette segmentation d'un domaine particulier de la santé, comme s'il existait une singularité des " migrants " justifiant qu'on les étudie comme une réalité spécifique. Il montre au contraire que leur santé dépend largement des conditions dans lesquelles ils sont contraints de vivre et de travailler.

Auteur : Fassin Didier
La Santé en action, 2021, n°. 455, p. 6-10