La mortalité anesthésique en France : résultats de l'enquête Sfar-CépiDc-Inserm

Publié le 10 Avril 2007
Mis à jour le 5 juillet 2019

Cette étude décrit une enquête nationale estimant le nombre et la caractéristique des décès liés à l'anesthésie. Méthode - Des certificats de décès de l'année 1999 ont été sélectionnés en utilisant des codes de la CIM et des fractions de sondage variables. Un questionnaire était adressé aux médecins certificateurs (taux de réponse 97 %) et une rencontre avec un pair était proposée à l'anesthésiste (taux d'acceptation 97 %). Les dossiers ont été analysés pour déterminer le mécanisme de l'accident et son imputabilité à l'anesthésie. Les taux de décès ont été estimés à partir des données d'une enquête ayant porté sur l'activité de l'année 1996 et comparés à ceux d'une enquête réalisée entre 1978 et 1982. Résultats - Les taux de décès totalement ou partiellement liés à l'anesthésie étaient respectivement de 6,9 (IC95 % 2,2-12) et 47 (31-63) par million. Ils augmentaient avec l'âge et avec les pathologies, passant de 5 à 554 par million entre les classes I et IV de l'ASA. Parmi les causes, les pneumopathies d'inhalation venaient en tête, mais aussi l'hypotension peropératoire et l'anémie associée à l'ischémie myocardique. Des écarts aux normes professionnelles et des défauts d'organisation étaient fréquemment associés. Conclusion - Par rapport à l'enquête de 1978 à 1982, le taux de décès liés à l'anesthésie apparaît avoir été réduit par un facteur dix. (R.A.)

Auteur : Lienhart A, Auroy Y, Pequignot F, Benhamou E, Warszawski J, Bovet M, Jougla E
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2007, n°. 14, p. 113-5