Fonction et compétences de coordination en éducation thérapeutique.

Publié le 3 Janvier 2015
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : La fonction de coordination en éducation thérapeutique du patient (ETP) se développe au niveau international. En France, elle fait partie intégrante du cadre d'autorisation des programmes d'ETP. Pour autant, que ce soit en France ou dans différents pays d'Europe, les situations, activités et compétences communes aux coordonnateurs en ETP se structurent progressivement, et ce, quels que soient la pathologie et/ou le type d'exercice concernés. Méthodes : L'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) a conduit un projet reposant sur une méthode novatrice qui articule la formalisation des pratiques perçues par les professionnels eux-mêmes (91 acteurs interrogés en France et une 30aine dans cinq autres pays d'Europe) et la réflexion d'un groupe constitué d'experts internationaux et nationaux de l'ETP, dans une perspective de construction itérative et avec des phases de concertation successives. Résultats : Au fil du déroulement du projet, l'analyse a permis de montrer le rôle pivot du coordonnateur en interface avec différents acteurs de l'ETP. La fonction de coordonnateur en ETP a fait l'objet d'un référentiel qui s'articule autour de six situations emblématiques, 20 activités et 26 compétences réparties en trois domaines. Discussion : Ces travaux ont servi de base à l'élaboration d'un nouveau cadre réglementaire pour la coordination de l'ETP, basé sur les compétences. Le référentiel de la fonction coordination en ETP est un outil pertinent pour penser la formation et la validation des acquis de l'expérience dans ce domaine. Il ouvre également des perspectives de recherche.

Santé publique, 2015, vol. 27, n°. Suppl. 1, p. 51-60