Épidémiologie descriptive et évolution dans le temps et l'espace de l'incidence des maladies inflammatoires chroniques intestinales dans le nord-ouest de la France (1988-2014)

Publié le 23 Avril 2019
Mis à jour le 11 juillet 2019

Le registre Epimad a été créé en 1988 et couvre quatre départements du nord-ouest de la France (Nord, Pas-de-Calais, Somme et Seine-Maritime). Il a permis d'obtenir les premières données d'incidence des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI) françaises. Ce registre couvre près de 6 millions d'habitants, soit 9,1% de la population française. La collection des cas repose sur une collaboration étroite entre les gastro-entérologues libéraux, hospitaliers et universitaires, adultes et pédiatres. De 1988 à 2014 (dernière année validée), 19 266 cas incidents ont été enregistrés avec une forme certaine ou probable de MICI. Les gastro-entérologues en activité libérale ont déclaré 80% des cas. Sur la période, l'incidence de la maladie de Crohn (MC) a augmenté significativement de 5,3 à 7,6 pour 105 habitants, alors que celle de la rectocolite hémorragique (RCH) est restée stable à 4,4 pour 105 habitants. Depuis 2003 particulièrement, une explosion de l'incidence des MICI chez les adolescents est rapportée, passant de 4,2 à 9,5/105 (+126%) pour la MC et de 1,6 à 4,1/105 (+156%) pour la RCH. Une hétérogénéité spatiale et temporelle de l'incidence des MICI a été identifiée à l'échelle cantonale et quatre clusters présentant un sur-risque de MC ont été isolés. Ces données vont permettre de mettre en place des études d'épidémiologie analytique afin d'identifier de possibles facteurs de risque environnementaux associés aux MICI.

Auteur : Gower-Rousseau Corinne, Leroyer Ariane, Génin Michaël, Savoye Guillaume, Sarter Hélène, Pariente Benjamin, Turck Dominique, Fumery Mathurin
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2019, n°. 13, p. 228-236