Durée de l'allaitement maternel en France (Épifane 2012-2013)

Publié le 7 Octobre 2014
Mis à jour le 5 juillet 2019

Objectifs : à partir des données de l'étude Épifane sur l'alimentation des enfants au cours de leur première année de vie, la durée de l'allaitement maternel (AM), son degré d'exclusivité et les taux d'AM à 3, 6 et 12 mois ont été estimés pour la première fois au niveau national en France. Méthodes : l'étude a porté sur un échantillon aléatoire d'enfants nés au premier trimestre 2012 dans 136 maternités tirées au sort en France métropolitaine. Les données sur l'alimentation des enfants ont été recueillies par interrogatoire à la maternité et à 1, 4, 8 et 12 mois. Les définitions de l'AM exclusif et prédominant de l'Organisation mondiale de la santé ont été utilisées. Des courbes de Kaplan-Meier ont permis de décrire l'évolution de l'AM entre la naissance et le premier anniversaire en prenant en compte les perdus de vue. Résultats : parmi les 3 365 enfants inclus dans les analyses, 2 806 (83%) ont été suivis jusqu'à 12 mois. À 3 mois, 39% des enfants étaient encore allaités : 10% de façon exclusive, 11% de façon prédominante et 18% recevant aussi des préparations pour nourrissons (PN) du commerce. À 6 mois, seul un enfant sur quatre était encore allaité et plus de la moitié d'entre eux consommaient des PN en complément. À un an, seuls 9% des enfants recevaient encore du lait maternel. Parmi les enfants allaités à la naissance (74%), la moitié l'étaient encore à 15 semaines, la médiane de l'AM exclusif ou prédominant étant, quant à elle, estimée à 3 semaines et demie. Conclusion : les résultats de cette étude montrent que, au regard des recommandations actuelles, les mères qui ont choisi d'allaiter devraient être encouragées à maintenir un AM si possible jusqu'à 6 mois. La poursuite des analyses permettra d'identifier les facteurs associés à la durée de l'AM et d'aider ainsi au ciblage des interventions pour se rapprocher de ces recommandations.(R.A.)

Auteur : Salanave B, de Launay C, Boudet Berquier J, Castetbon K
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2014, n°. 27, p. 450-7