Déterminants de l'attrition dans un essai randomisé d'intervention auprès de mères présentant des facteurs de vulnérabilité psychosociale: une étude ancillaire de l'essai CAPEDP.

Publié le 1 Août 2014
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction.- L'attrition est importante dans les essais portant sur des populations psycho socialement vulnérables, or ses déterminants sont peu connus dans ce contexte. Une meilleure connaissance de ces déterminants permettrait de mieux cibler les personnes susceptibles de s'engager dans les essais d'évaluation d'intervention ou d'adapter les procédures de rétention des participants en fonction du risque d'attrition. Matériel et méthodes.- L'objectif est d'étudier les déterminants de l'attrition précoce (avant trois mois de post-partum) dans CAPEDP, un essai randomisé d'intervention périnatale à destination de jeunes mères psycho-socialement vulnérables. Cet essai comparait l'efficacité de l'intervention CAPEDP par rapport aux soins usuels en termes d'amélioration des compétences parentales, de réduction des symptômes dépressifs maternels à 3 mois de postpartum et des troubles de santé mentale de l'enfant à 2 ans. Les femmes éligibles devaient être primipares, à moins de 27 semaines d'aménorrhée, âgées de moins de 26 ans et présenter au moins un critère de vulnérabilité (niveau d'éducation inférieur au baccalauréat, intention d'élever l'enfant seule, prise en charge par la couverture maladie universelle ou l'aide médicale d'État). L'intervention CAPEDP consistait en des visites à domiciles effectuées par des psychologues (6 en prénatal, 23 la 1re année et 15 la 2e année). Les participantes étaient évaluées en insu du bras de randomisation en prénatal, aux 3, 6, 12, 18 et 24 mois de l'enfant. Les facteurs maternels étudiés étaient sociodémographiques (âge, ethnie, niveau d'éducation, revenu, emploi...), obstétricaux (recours aux soins, antécédent d'IVG, planification de la grossesse...), familiaux (statut marital...) et psychologiques (" Edinburg Post Natal Depression Scale, Symptom Check List 90 " [SCL90], " Vulnerable Attachment Style Questionnaire " [VASQ]). Résultats.- Au total, 438 femmes ont été incluses dans neuf maternités franciliennes entre décembre 2006 et mars 2009 ; 71 femmes, soit 16 % des participantes, ont retiré leur consentement juste après la randomisation, avant qu'aucune évaluation n'ait été faite. Le type d'intervention n'était pas significativement associé à cette attrition. Entre l'évaluation à l'inclusion et au 3e mois de l'enfant, 67 femmes ont retiré leur consentement ou ont été perdues de vue. Les facteurs prédisant l'attrition précoce étaient l'absence d'emploi maternel en prénatal (87 % des participantes perdues de vue (PDV) versus 73 % des participantes toujours suivies, p = 0,018), un antécédent d'interruption volontaire de grossesse (38 % versus 25 %, p = 0,037) et un attachement plus insecure (score moyen VASQ insecure : 35,1 versus 33,6, p = 0,067). A contrario, une grossesse non planifiée (27 % versus 40 %, p = 0,049) et des scores de vulnérabilité psychologiques plus élevés selon le SCL90 (phobie : 0,4 versus 0,6, p = 0,003 ; paranoïa : 0,7 versus 0,9, p = 0,018 ; psychotique : 0,3 versus 0,5, p = 0,016) prédisaient une plus grande rétention dans l'étude. L'attrition précoce n'était pas différentielle entre les deux bras de randomisation (16 % de PDV dans le bras CAPEDP versus 21 % dans le bras soins usuels, p = 0,215). Conclusion.- Les facteurs de vulnérabilité sociale sont associés à une plus grande attrition tandis que les facteurs de vulnérabilité psychologique seraient plutôt des facteurs de rétention dans l'étude. Les résultats de l'analyse multivariée ainsi que les déterminants de l'attrition de l'intervention seront présentés lors du congrès. Poster cité dans la "Revue d'épidémiologie et de santé publique" dans le supplément 2, numéro 62.

EPI-CLIN : 7e Conférence Francophone d'Épidémiologie Clinique, Paris, 16-17 mai 2013

Auteur : Foulon S., Greacem T., Saias T., Dugravier R., Guedeney A., Tubach F.
Année de publication : 2013