Comparaison des méthodes et des questions utilisées pour suivre l'adaptation face aux épisodes de chaleurs élevées en France et au Québec

Publié le 5 Juin 2018
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : en raison des impacts sanitaires croissants sur la population, résultant des changements climatiques, il existe un réel besoin de déterminer si les mesures d'adaptation à la chaleur promues par les autorités de santé publique sont adoptées par les populations et les structures concernées. Matériel-méthodes : cet article fait le point sur les approches adoptées par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), via l'Observatoire québécois de l'adaptation aux changements climatiques (OQACC), et par Santé publique France pour caractériser les comportements d'adaptation à la chaleur et la perception du risque lié à cet aléa. À l'aide d'une analyse de fonctionnement différentiel d'items (differential item functioning), certains énoncés des questionnaires utilisés dans les deux pays sont ensuite comparés. Résultats : sur le plan des variables investiguées, les deux approches s'intéressent : 1) aux attitudes vis-à-vis d'un comportement ou d'une intervention d'adaptation aux changements climatiques ; 2) aux pressions perçues ou pressenties pour agir ; 3) aux perceptions relatives aux enjeux de l'adoption de comportements adéquats ; 4) à la vulnérabilité pressentie ; 5) à la gravité perçue des risques et à l'efficacité estimée d'un comportement ou d'une intervention d'adaptation. Si l'approche de Santé publique France se veut descriptive, l'objectif de l'approche québécoise est de développer des indices dédiés au suivi temporel de l'adaptation et d'identifier les déterminants psychosociaux de l'adoption de ces comportements d'adaptation. Une comparaison France-Québec a aussi été faite via une analyse du fonctionnement différentiel d'items sur les questions mesurant, dans les deux études en population, des comportements similaires d'adaptation à la chaleur. Discussion-conclusion : les analyses de fonctionnement différentiel d'items ont permis d'illustrer que des questions formulées de manière très similaire pouvaient mener à des résultats divergents selon le contexte culturel, d'où une certaine prudence avant de retenir des comportements d'adaptation utilisés dans un autre contexte culturel. Tant les travaux de Santé publique France que de l'OQACC concourent à rendre davantage concret le concept d'adaptation aux changements climatiques et contribuent à en améliorer la mesure à différentes échelles populationnelles et spatiales.

Auteur : Valois Pierre, Laaidi Karine, Jacob Johann, Beaudeau Pascal
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2018, n°. 16-17, p. 345-353