Climat, eau et santé au Sahel ouest-Africain

Publié le 1 Septembre 2004
Mis à jour le 5 juillet 2019

De l'embouchure du fleuve Sénégal à la Djézireh soudanaise, en passant par les rives du lac Tchad, le Sahel constitue à la fois une transition écologique (steppe arborée, où l'on passe progressivement du désert saharien aux savanes soudaniennes) et un carrefour de civilisations (où convergent pasteurs nomades et agriculteurs noirs sédentaires, les seconds prenant peu à peu le relais des premiers à mesure que l'on descend vers le sud). À l'intérieur de cet " entre-deux-mondes ", la santé des populations est fortement tributaire du milieu naturel, éventuellement modifié par l'action humaine. Elle participe simultanément ou alternativement des deux milieux encadrants. Mais la grande sécheresse des années 1970-1980 a entraîné des modifications profondes de la situation sanitaire, à la fois par ses effets directs (avec un renforcement de la pathologie de pays sec) et par les aménagements qu'elle a suscités (qui, eux, ont plutôt conduit à l'émergence ou à la réémergence de maladies jusque-là caractéristiques de pays plus humides). (R.A.)

Auteur : Besancenot JP, Handschumacher P, Ndione JA, Mbaye I, Laaidi K
Sécheresse, 2004, vol. 15, n°. 3, p. 233-241