Cancers de la thyroïde en France et accident de Tchernobyl : évaluation des risques potentiels et recommandations pour le renforcement des connaissances épidémiologiques

Publié le 22 Mai 2001
Mis à jour le 5 juillet 2019

Une augmentation de la fréquence des cancers de la thyroïde est constatée dans la population générale en France depuis plus de 20 ans. L'accident de Tchernobyl survenu le 26 avril 1986 a été responsable d'une épidémie de cancers thyroïdiens dans les pays les plus exposés (Biélorussie, Ukraine et Russie). L'exposition à l'iode 131 rejeté lors de l'accident a joué un rôle essentiel dans la survenue mais d'autres facteurs sont suspectés. En France, l'augmentation de l'incidence du cancer de la thyroïde dans la population générale est souvent perçue par le public et les médecins comme une des conséquences possibles de cet accident, bien qu'elle ait débuté bien avant 1986. Aussi, la Direction générale de la Santé a demandé en janvier 2000 à l'Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire et à l'Institut national de Veille Sanitaire de réaliser une évaluation des conséquences sanitaires de cet accident en France et de formuler des recommandations sur les approches épidémiologiques qu'il conviendrait de mener pour mettre en évidence l'impact éventuel de cet accident sur la survenue des cancers de la thyroïde. Ces travaux ont abouti à la publication, le 15 décembre 2000, d'un rapport dont deux éléments sont présentés dans cet article : une évaluation du risque de survenue de cancers de la thyroïde potentiellement lié aux retombées de l'accident de Tchernobyl en France et une discussion de la pertinence des approches épidémiologiques possibles.

Auteur : Verger P, Cherie Challine L, Champion D, Hubert P, Isnard H, Jouan M, Pirard P, Tirmarche M, Vidal M
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2001, n°. 21, p. 97-9