Adverse effects of plant food supplements and plants consumed as food: results from the poisons centres-based PlantLIBRA study

Publié le 1 Juin 2016
Mis à jour le 10 septembre 2019

Plant food supplements (PFS) are products of increasing popularity and wide-spread distribution. Nevertheless, information about their risks is limited. To fill this gap, a poisons centres-based study was performed as part of the EU project PlantLIBRA. Multicentre retrospective review of data from selected European and Brazilian poisons centres, involving human cases of adverse effects due to plants consumed as food or as ingredients of food supplements recorded between 2006 and 2010. Ten poisons centres provided a total of 75 cases. In 57 cases (76%) a PFS was involved; in 18 (24%) a plant was ingested as food. The 10 most frequently reported plants were Valeriana officinalis, Camellia sinensis, Paullinia cupana, Melissa officinalis, Passiflora incarnata, Mentha piperita, Glycyrrhiza glabra, Ilex paraguariensis, Panax ginseng, and Citrus aurantium. The most frequently observed clinical effects were neurotoxicity and gastro-intestinal symptoms. Most cases showed a benign clinical course; however, five cases were severe. PFS-related adverse effects seem to be relatively infrequent issues for poisons centres. Most cases showed mild symptoms. Nevertheless, the occurrence of some severe adverse effects and the increasing popularity of PFS require continuous active surveillance, and further research is warranted. Traduction du résumé : Les compléments alimentaires à base de plantes (CAP) sont des produits dont la popularité est croissante et la distribution très répandue. Néanmoins, les données sur les risques qu'ils présentent sont limitées. Pour combler cette lacune, une étude basée sur les centres antipoison a été réalisée dans le cadre du projet européen PlantLIBRA. Une étude rétrospective multicentrique des données provenant de certains centres antipoison européens et brésiliens, impliquant des cas humains d'effets indésirables dus aux plantes consommées comme aliment ou comme ingrédients de compléments alimentaires enregistrés entre les centres entre 2006 et 2010. Dix centres antipoison ont déclaré un total de 75 cas. Dans 57 cas (76%), un CAP était mis en cause ; dans 18 cas (24%) une plante a été ingérée comme aliment. Les 10 plantes les plus fréquemment rapportées étaient Valeriana officinalis, Camellia sinensis, Paullinia cupana, Melissa officinalis, Passiflora incarnata, Mentha piperita, Glycyrrhiza glabra, Ilex paraguariensis, Panax ginseng, et Citrus aurantium. Les effets cliniques les plus fréquemment observés étaient des symptômes de neurotoxicité et des symptômes gastro-intestinaux. La plupart des cas enregistraient une évolution clinique bénigne et cinq cas étaient sévères. Les effets indésirables dus à la consommation de CAP semblent être des questions relativement rares pour les centres antipoison. Les symptômes étaient bénins dans la plupart des cas. Néanmoins, l'apparition de certains effets indésirables graves et la popularité croissante des CAP nécessitent une surveillance active et continue, et des recherches supplémentaires sont justifiées. (Traduction effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale - CeVE - de l'InVS)

Auteur : Lude S, Vecchio S, Sinno Tellier S, Dopter A, Mustonen H, Vucinic S, Jonsson B, Muller D, Veras Gimenez Fruchtengarten L, Hruby K, de Souza Nascimento E, Di Lorenzo C, Restani P, Kupferschmidt H, Ceschi A
Phytotherapy Research, 2016, vol. 30, n°. 6, p. 988-96