Instaurer des environnements favorables à la consommation d’aliments de bonne qualité nutritionnelle

Santé publique France contribue à instaurer des environnements favorables à une alimentation saine. Pour cela, l’agence déploie le système d’information nutritionnelle complémentaire sur les produits (le Nutri-Score) et soutient sa mise en place ; elle mène par ailleurs des actions de plaidoyer en faveur d’un encadrement du marketing alimentaire et soutient également certaines mesures réglementaires

Soutenir la mise en place du Nutri-Score

Le Nutri-Score est un système d’étiquetage nutritionnel pour faciliter le choix d’achat du consommateur, au regard de la composition nutritionnelle des produits alimentaires et des boissons. Il incite également les fabricants à améliorer la composition nutritionnelle des produits. Cet étiquetage a pris la forme d’un logo conçu par Santé publique France en s’appuyant sur les travaux de l’équipe du Professeur Serge Hercberg (Université Paris 13), les expertises de l’Anses et du Haut Conseil de Santé Publique. 

En 2018 et 2019, le Nutri-Score a fait l’objet d’un soutien institutionnel fort de la part de Santé publique France afin d’enclencher une dynamique d’adhésion des marques, de les accompagner dans la mise en place du Nutri-Score et de développer la notoriété de celui-ci auprès du grand public. Le post-test de la campagne de mai 2018 témoigne d’une bonne notoriété : 75% des Français ont déclaré connaître le Nutri-Score, malgré un déploiement encore limité en rayon. La campagne TV a été rediffusée en juin 2019.

En savoir plus

Nutri-Score

En savoir plus

Mener des actions de plaidoyer en faveur de certaines mesures réglementaires et notamment l’encadrement du marketing en direction des enfants

De nombreuses recherches montrent que le marketing alimentaire favorise la consommation d’aliments défavorables sur le plan nutritionnel. En outre, la multiplication des moyens de communication, notamment numériques, conduit enfants et adolescents à être massivement exposés à des messages commerciaux qui échappent à la réglementation actuelle sur les messages sanitaires. Santé publique France a publié en 2015 un rapport analysant l’exposition des enfants à la publicité pour des produits gras, salés, sucrés en France et recensant les politiques de réglementation du marketing alimentaire mis en place dans différents pays. Ces données seront actualisées en 2019 afin d’analyser les évolutions des investissements et les techniques de communication utilisées.

A lire aussi

vignette-rapport-synthese
26/06/2019

L'impact du marketing sur les préférences alimentaires des enfants

rapport/synthèse 22/05/2014

Publicités alimentaires à destination des enfants et des adolescents. Canaux utilisés, investissements et ressorts publicitaires, alime...

Améliorer les connaissances et renforcer les compétences

Santé publique France œuvre également à améliorer les connaissances et renforcer les compétences en matière d’alimentation. Pour cela, Santé publique France travaille à :

Formuler les nouvelles recommandations du PNNS

Sur la base du rapport de l’Anses, publié en janvier 2017, et de l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique publié en mars 2017, Santé publique France a formulé puis publié les nouvelles recommandations en matière d’alimentation, d’activité physique et de sédentarité destinées à la population adulte. L’agence est également en charge de la formulation des nouvelles recommandations alimentaires pour des populations spécifiques : femmes enceintes et allaitantes, jeunes enfants, enfants et adolescents et personnes âgées. 

A lire aussi

Recommandations relatives à l'alimentation, à l'activité physique et à la sédentarité pour les adultes

En savoir plus

Promouvoir les recommandations du PNNS

Santé publique France promeut les recommandations du PNNS auprès du grand public et des professionnels de santé, de l’éducation et du social par des actions de prévention, des dispositifs de communication et des outils d’intervention.

Renforcer les compétences alimentaires

Pour modifier les comportements alimentaires, différentes études soulignent l’importance de renforcer les compétences nécessaires à une bonne alimentation. Il s’agit des compétences essentielles à la préparation des repas élargies aux notions de planification et d’achat (comme proposé par la Fabrique à menus du site mangerbouger.fr). Santé publique France intervient sur le développement des compétences alimentaires grâce au site mangerbouger.fr et à une stratégie de présence sur les réseaux sociaux. Le développement des compétences est également soutenu par les outils pour les professionnels.

Promouvoir l’allaitement maternel

En France, les taux d’initiation de l’allaitement maternel ont fortement augmenté en quatre décennies. Seuls 36,6% des nouveau-nés étaient allaités à la naissance en 1972 versus 69,1% en 2012 d’après l’enquête Epifane. Cependant, le taux d’allaitement chute brutalement dans les semaines qui suivent la naissance.
L’allaitement est une pratique très socialement différenciée. Les femmes des catégories modestes, à l’exception des femmes nées à l’étranger, sont les moins nombreuses à allaiter leurs enfants. Afin de créer un environnement propice et d’éviter un découragement des mères qui souhaitent allaiter, la priorité est donnée aux actions visant à gagner l’adhésion du milieu de soin et de ses acteurs (maternités et professionnels de santé). Pour cela, Santé publique France, en partenariat avec l’Unicef (IHAB France) soutient l’implantation du label « Hôpital Amis des Bébés » et sensibilise les professionnels de santé à l’intérêt du Code OMS de commercialisation des substituts de lait. Santé publique France est également engagée dans l’information des professionnels en matière d’allaitement, notamment avec la diffusion du Guide de l’allaitement maternel.
En parallèle, des travaux visant à l’amélioration des connaissances sur l’allaitement sont menés : enquêtes épidémiologiques et entretiens socio-anthropologiques en population. Les résultats permettront d’identifier des leviers pour d’éventuelles actions ciblant directement les femmes qui allaitent (aide à distance) ou le grand public.

Développer les compétences des professionnels pour la mise en place d’actions d’éducation nutritionnelle auprès des enfants, des adolescents et de leurs parents

Les pratiques éducatives des parents, des proches et plus largement de l’entourage social contribuent à l’acceptation de nouveaux aliments et vont avoir une influence sur la manière de s’alimenter de l’enfant sur le long terme. Santé publique France a conclu un partenariat avec le Centre des Sciences du Goût et de l’Alimentation (CSGA - INRA de Dijon), dans le cadre d’un projet dont l’objectif est d’évaluer l’impact des informations délivrées aux parents sur les pratiques de nourrissage précoces et sur le comportement alimentaire des nourrissons. Ce projet se déroulera sur 3 ans à partir de juin 2019.
Par ailleurs, il est également nécessaire de renforcer les actions d’éducation nutritionnelle pour les adolescents ; dans cette perspective, une collaboration avec l’Éducation nationale est en cours afin de refondre l’outil Fourchettes et baskets destiné aux collégiens, sous une forme numérique. Le nouvel outil sera disponible fin 2020.
Enfin, dans le but d’aider les professionnels ou les bénévoles de l’aide alimentaire à mener des actions de prévention et de promotion de la santé nutritionnelle, Santé publique France conçoit actuellement un nouvel outil numérique.