Bulletin de santé publique VIH-IST en Guyane. Novembre 2019.

Publié le 26 Novembre 2019
Mis à jour le 25 novembre 2019

Points clés

VIH/Sida au 31/03/2019

  • Une épidémie de VIH spécifique en Guyane du fait de son intensité et ses caractéristiques :
    • Le plus fort taux de découvertes de séropositivité : 896 pour 1 million d’habitants en 2018 (données de la DO) ;
    • Le plus fort taux de positivité en laboratoires : 6,9 sérologies positives pour 1000 réalisées (enquête LaboVIH) ;
    • Une proportion d’hommes (48%) et de femmes (52%) équivalentes parmi les DO et des cas majoritairement originaires des pays limitrophes : Brésil, Surinam, Guyana et Haïti (80%) ;
    • Les rapports hétérosexuels constituent le principal mode de contamination (94%) ;
    • Un retard de diagnostic par rapport à la métropole : 2% des cas diagnostiqués au stade de primo-infection (contre 12% en métropole) et 26% au stade d’infection récente (contre 31% en métropole).
  • Utilisation d’e-do: une sous-déclaration importante suite au passage à la déclaration électronique :
    • Une baisse de la transmission du volet «clinicien» à partir de 2016 ;
    • Une baisse de la transmission du volet «biologiste» à partir de 2018.
    • Un travail régional va être engagé afin d’améliorer la situation.

Dépistage des IST (SNDS, Assurance maladie)

  • Syphilis : un taux de dépistage parmi les plus élevés (94 pour 1000 personnes contre 37 pour le niveau France) ;
  • Infections à Chlamydia trachomatis: un taux de dépistage parmi les plus élevés (74 pour 1000 personnes contre 38 pour le niveau France).