Point épidémiologique Covid-19 du 17 septembre : hausse importante de tous les indicateurs, un signal à plus de vigilance

Publié chaque semaine, le point épidémiologique relatif à la surveillance de la Covid-19 présente une analyse détaillée des différents indicateurs mis en place par Santé publique France et ses partenaires pour suivre l’évolution de l’épidémie et orienter les décisions publiques. Le point épidémiologique du 17 septembre révèle que l’ensemble des indicateurs de suivi de l’épidémie est en augmentation et pour la première fois depuis la levée du confinement, on observe une augmentation des décès pour COVID-19. Ces signaux montrent une nette dégradation de la situation en ville comme en milieu hospitalier. Les premières estimations de séroprévalence montrent que le niveau d’immunité collective est trop faible pour permettre de contrôler la circulation virale. La plus grande vigilance reste de mise, en particulier auprès des populations les plus à risque de complications et les mesures barrières doivent être adoptées plus systématiquement par l’ensemble de la population.

Mis à jour le 18 septembre 2020

Circulation virale en progression, la situation se dégrade nettement

En semaine 37, tous les indicateurs sont en augmentation. En ville, le nombre d’actes SOS Médecin pour suspicion de COVID-19 a augmenté de + 74% par rapport à la semaine 36 (7 262 actes en semaine 37 versus 4 185 en semaine 36). Les nouvelles hospitalisations et admissions en réanimation ont progressé respectivement de + 45% (2 464 nouvelles hospitalisations vs 1 704) et + 48 % (427 nouvelles admissions en réanimation vs 288).

Pour la première fois, le nombre de décès liés au SARS-COV-2 incluant ceux survenus en milieu hospitalier et en établissements d’accueil pour personnes âgées augmente passant de 129 en semaine 36 à 265 en semaine 37. Compte tenu de la dynamique de l’épidémie, cette hausse des indicateurs hospitaliers était attendue. Les formes graves conduisant à des hospitalisations, des admissions en réanimation et des décès surviennent avec un décalage d’environ 2 semaines après le début de la maladie. Ces augmentations appuient la nécessité de protéger les personnes les plus à risque de complications.

Point de vigilance, la circulation du virus s’intensifie chez les 75 ans et plus

Si les jeunes adultes (20 à 30 ans) restent actuellement les plus touchés par le SARS-CoV-2, le virus progresse ces dernières semaines chez les 75 ans et plus. Le taux d’incidence dans cette tranche d’âge susceptible de développer les formes les plus graves de la maladie augmente depuis plusieurs semaines : +44% en semaine 35, +58%, en semaine 36 et +45% en semaine 37 (45/100 000 habitant en semaine 37).

Les clusters survenus en Ehpad sont également en forte augmentation : 68 clusters en S37 vs 37 la semaine précédente incitant à redoubler de vigilance. L’intensification de la diffusion du virus chez les personnes les plus âgées, fait craindre la poursuite des hospitalisations et des décès dans les semaines à venir.

La prévention plus que jamais nécessaire

Les estimations des enquêtes de séroprévalence, menée en collaboration avec le Centre National de Référence (CNR) des virus des infections respiratoires (dont la grippe) de l’Institut Pasteur, montrent qu’en semaine 20 (11-17 mai) près de 5% de la population avait rencontré le virus, et seulement 3,3% de la population avait développé des anticorps neutralisants. Ces proportions sont bien loin de procurer une immunité de groupe permettant de contrôler la circulation virale. Pour se protéger du virus aujourd’hui, l’adoption par tous de l’ensemble des mesures de prévention est essentielle. Se protéger soi-même, c’est aussi protéger les autres.

visuel affiche gestes barrières COVID-19

Retrouvez :

  • Les chiffres clés de l’épidémie et évolution de la COVID-19 en France et dans le monde et la carte de vulnérabilité des départements : ici
  • Des indicateurs actualisés quotidiennement sur l’observatoire cartographique Géodes.
a lire aussi

Communiqué de presse

Télécharger (pdf - 580.71 Ko)