Campylobacter

Transmise à l’homme principalement par la viande contaminée insuffisamment cuite, les infections à Campylobacter sont une cause fréquente de gastro-entérites bactériennes dans les pays développés.

Mis à jour le 17 juin 2019

Campylobacter : notre action

La surveillance des infections à Campylobacter est assurée par le Centre national de référence des Campylobacter et Hélicobacter en lien avec Santé publique France. Elle permet de suivre l’évolution de ces infections en France.

La surveillance épidémiologique des infections à campylobacter

Un dispositif de surveillance basé sur un réseau de laboratoires volontaires

Le suivi épidémiologique des infections à Campylobacter, est basé sur un réseau de laboratoires d’analyses de biologie médicale et de laboratoires hospitaliers qui recherchent systématiquement Campylobacter dans tout prélèvement de selles (coproculture) et envoient volontairement les souches qu’ils isolent au Centre national de référence (CNR) des Campylobacter et Hélicobacter.
Les souches envoyées sont accompagnées d’une fiche qui collecte des informations épidémiologiques (données sociodémographiques, notion de voyage à l’étranger dans les 15 jours précédant le début de la maladie, notion de cas groupés) et biologiques (nature de l’échantillon, date d’isolement, site de prélèvement). Depuis 2013, les laboratoires qui utilisent les mêmes méthodes que le CNR peuvent saisir directement en ligne les données via une application sécurisée.

Une meilleure connaissance des souches impliquées

Pour chaque souche reçue des laboratoires participants, le CNR réalise une caractérisation de l’espèce et des tests de sensibilité aux antibiotiques. Les objectifs de cette surveillance sont de :

  • Décrire les caractéristiques épidémiologiques des infections à Campylobacter survenant chez l’homme
  • Suivre les évolutions temporelles et spatiales de l’incidence des infections à Campylobacter
  • Surveiller la résistance aux antibiotiques des Campylobacter.

Les données du réseau de laboratoires sont complétées par la déclaration obligatoire (DO) de toxi-infection alimentaire collective (TIAC).

Prévenir les infections à campylobacter grâce à des mesures adaptées

Pour tous

Santé publique France rappelle que la prévention des infections à Campylobacter repose principalement sur des mesures individuelles. Une attention particulière aux recommandations d’hygiène en cuisine doit être portée pour certaines populations pouvant être particulièrement sensibles aux infections d’origine alimentaire (personnes âgées, jeunes enfants, personnes immunodéprimées, femmes enceintes).

A lire aussi

vignette-repere-pour-votre-pratique
27/06/2019

Campylobactériose – Dossier de l’Anses

vignette-repere-pour-votre-pratique
27/06/2019

10 recommandations pour éviter les intoxications alimentaires – Infographie de l’Anses

Pendant la grossesse : une attention particulière sur les infections d’origine alimentaire

Pour prévenir les infections d’origine alimentaire chez les femmes enceintes y compris les infections à Campylobacter, Santé publique France met en avant des documents d’information sur les règles d’hygiène alimentaires à adopter au cours de la grossesse.