Syndrome du canal carpien

Accédez aux données d'incidence en population générale et aux fractions de risques attribuables aux professions et secteurs d’activité

Mis à jour le 06 avril 2020
Dans cet article

Le syndrome du canal carpien (SCC) résulte d’une compression du nerf médian lors de son passage sous le ligament annulaire antérieur du carpe à la base de la main. Il se manifeste par des douleurs, des troubles de la sensibilité (paresthésies, anesthésie, engourdissement) et de la motricité (faiblesse, maladresse, raideur) des trois premiers doigts et de la moitié radiale du 4e doigt.

La survenue du syndrome du canal carpien peut être favorisée par des facteurs personnels, hormonaux et médicaux (grossesse, ménopause, diabète, hypothyroïdie, obésité) et des activités professionnelles ou extra-professionnelles (gestes répétitifs, utilisation d’outils vibrants…). Il existe deux types de traitement du SCC, les interventions médicales, consistant essentiellement en des infiltrations de corticoïdes et/ou une immobilisation par orthèse, et le traitement chirurgical par voie ouverte ou endoscopique. Les recommandations pour la pratique clinique (Anaes 1997, AAOS 2011) réservent ce dernier pour les formes sévères (signes de gravité clinique ou à l’électroneuromyogramme), ou pour les formes non sévères en seconde intention, après échec (ou récidive) du traitement médical bien conduit.

Les chiffres clés du syndrome du canal carpien

  • Chez les salariés, la prévalence du syndrome du canal carpien a été estimée par une étude en Pays de la Loire à 3,8 % chez les femmes et à 2,3 % chez les hommes.
  • Les interventions pour cette pathologie ont concerné environ 127 000 personnes en France métropolitaine en 2014, ce qui correspond à des taux d’incidence en population générale de 2,5 pour 1 000 chez les femmes et 1,4 pour 1 000 chez les hommes.
  • Chez les ouvriers comme chez les ouvrières, on estime que 75 % des cas de syndrome de canal carpien opérés pourraient être évités si le fait d’être ouvrier n'entraînait pas une augmentation du risque d’intervention chirurgicale de syndrome du canal carpien.
  • Le syndrome du canal carpien est la 2e pathologie reconnue en maladie professionnelle (après les pathologies de la coiffe des rotateurs) avec, pour le régime général de la sécurité sociale, 12 792 reconnaissances en maladie professionnelle ayant donné lieu à une première indemnisation en 2017. Cependant, la sous-déclaration en maladie professionnelle a été estimée en 2011 à 60 %.

Ce programme associe plusieurs approches complémentaires pour décrire la situation du syndrome du canal carpien choisi comme traceur épidémiologique des troubles musculo-squelettiques du membre supérieur : estimation de l’incidence et de la part des cas attribuables à l'activité professionnelle en population générale, estimation de la prévalence en population salariée en activité.

Incidence entre 2004 et 2014 en population générale

La surveillance des cas chirurgicaux du syndrome du canal carpien (SCC) en population générale est établie à partir du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI). Elle a pour objectif la production de mesures d’incidence en population générale et chez les 20-64 ans (population en âge de travailler) d’un traceur de cette pathologie. La libération du nerf médian au niveau du canal carpien, traitement chirurgical du SCC, est utilisée ici comme traceur du SCC. Ce traceur permet d’étudier l’évolution de l’incidence du SCC dans le temps et ses variations régionales. En effet, le recensement des résumés standardisés anonymes de sortie d'hospitalisation comprenant une chirurgie du SCC permet d’estimer le taux d’incidence national (France métropolitaine) pour 1 000 personnes-années du SCC opéré en population générale, pour l’année la plus récente disponible dans le PMSI au moment de l’étude (2014), pour l’ensemble de la population, puis par âge et par sexe. Elle permet également d’observer la tendance évolutive du taux d’incidence annuel entre 2004 et 2014 et de mettre en évidence les variations régionales et départementales du taux d’incidence en 2014.

Chiffres clés

  • L’intervention du syndrome du canal carpien a concerné 126 943 personnes en 2014
  • Les femmes représentaient 65 % de ces patients
  • Le taux d’incidence du SCC est plus élevé dans la population en âge de travailler (2,3 ‰ chez les 20-64 ans) que dans la population générale (2,0 ‰ chez les 00-99 ans)
  • L’incidence des cas chirurgicaux de SCC augmente avec l’âge
  • Les tranches d’âge présentant les plus forts taux d’incidences sont :
    • 50-59 ans chez les femmes
    • 75-84 ans chez les femmes et chez les hommes
  • Entre 2004 et 2014, le taux d’incidence des cas chirurgicaux de SCC a connu :
    • une baisse annuelle moyenne de 1,61 % chez les femmes
    • une augmentation annuelle moyenne de 2,46 % chez les hommes

Interprétation

Mise en garde dans l'interprétation des données

Le recueil des données dans le PMSI a un objectif initial médico-économique et non épidémiologique. Les résultats de cette surveillance doivent donc être interprétés avec précaution.
La totalité des SCC n’étant pas opérée (existence de traitements symptomatiques de type infiltration corticoïdes par exemple), le traceur ne permet pas de calculer l’incidence de la pathologie  mais se limite à l’incidence de la pathologie opérée. Les différences régionales observées peuvent ainsi refléter des différences d’incidence de la pathologie (répartitions variables des secteurs d’activité et professions à risque dans chaque région etc.), mais aussi parfois une hétérogénéité des pratiques de codage des actes chirurgicaux ou des différences de pratique médicale (choix d’un traitement chirurgical versus d’un traitement médical) malgré l'existence de recommandations médicales, ou encore des différences d’accès aux soins.

Méthodes

Les 4 codes d'actes correspondant au traitement chirurgical du SCC permettent de recenser tous les résumés standardisés anonymes de sortie issus des séjours hospitaliers, publics ou privés, comprenant une chirurgie du SCC :

  • F581 : décompression du nerf médian au canal carpien, avant 2005 (CdAM) ;
  • F586 : autres libérations d’un nerf comprimé, avant 2005 (CdAM) ;
  • AHPA009 : libération du nerf médian au canal carpien, par abord direct, depuis 2004 (CCAM) ;
  • AHPC001 : libération du nerf médian au canal carpien, par vidéochirurgie, depuis 2004 (CCAM).

Ces codes d’actes ont été sélectionnés avec les chirurgiens orthopédistes et le département d’information médicale du CHU d’Angers et de cliniques privées de Nantes et Angers, dans le cadre du réseau pilote de surveillance des TMS dans les Pays de la Loire.

Le critère géographique retenu (région/département) est celui du lieu de résidence (code géographique de résidence) du patient.

Les mesures d’incidence (exprimées pour 1000 personnes-années) sont réalisées pour l’ensemble de la population, et pour la classe d’âge 20-64 ans correspondant aux âges de la population active.

Les taux d’incidence départementaux et régionaux sont standardisés sur l'âge et sont comparés au taux d’incidence national par le comparative morbidity figure.

Des tests de tendance ont été réalisés afin d’interpréter l’évolution temporelle de l’incidence des cas chirurgicaux de SCC, pour chaque sexe.

Calcul des taux d'incidence

Les numérateurs sont les nombres de cas incidents calculés à partir des données du PMSI pour la période considérée. Les dénominateurs par âge et/ou sexe sont établis à partir des estimations du nombre de personnes-années des données de recensement de la population de l’Insee de l’année correspondant à l’année PMSI analysée.
Si plusieurs séjours comportant l’un des 4 codes actes sont identifiés pour un même patient (chaînage selon les recommandations de l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation), une même année, seul le premier est comptabilisé afin de calculer l’incidence annuelle de l’intervention du SCC, que celle-ci soit uni ou bilatérale.
Les taux d’incidence régionaux et départementaux sont standardisés sur l’âge et le sexe de la population française en 2014.

Calcul des comparative morbidity figure

Pour comparer chaque taux d’incidence régional (ou départemental) standardisé au taux d’incidence national, les rapports entre ces deux taux (Comparative Morbidity Figure) ont été calculés ainsi que leurs intervalles de confiance à 95 %.

 CMFrégion x = TIstd région x / TInational

France métropolitaine

Situation épidémiologique en France métropolitaine en 2014

Les taux d’incidence des cas chirurgicaux de SCC, par âge et par sexe, en France métropolitaine, en 2014 sont présentés dans la figure 1 et le tableau 1. L’incidence  des cas chirurgicaux du SCC augmente avec l’âge quel que soit le sexe. L’incidence des cas chirurgicaux est plus forte chez les femmes et connaît un pic chez celles-ci entre 45-59 ans, correspondant à l’âge de survenue de la ménopause. L’incidence des cas chirurgicaux connaît une légère inflexion à l’âge de la retraite (60-69 ans) pour les deux sexes, puis continue à augmenter chez les personnes âgées jusque 80-84 ans.

Evolution des taux d'incidence nationaux des cas chirurgicaux du SCC

L’évolution entre 2004 et 2014 des taux d’incidence nationaux de l’intervention du SCC, selon le sexe, tous âges confondus, et pour les 20-64 ans, est représentée dans la figure 2. Le taux d’incidence des cas chirurgicaux de SCC dans l’ensemble de la population française a diminué significativement entre 2004 et 2014, avec une baisse annuelle moyenne de 0,4 % (1,47 % chez les 20-64 ans). Cela reflète une tendance significativement à la baisse du taux d’incidence chez les femmes, avec une baisse annuelle moyenne de 1,61 % (2,64 % chez les 20-64 ans), en contraste avec les hommes chez qui le taux d’incidence a connu une tendance significativement à la hausse durant cette période, avec une augmentation annuelle moyenne de 2,46 % (1,56 % chez les 20-64 ans). Les taux d’incidence selon l’âge ont été calculés pour la France métropolitaine pour les différentes années de surveillance (2004 à 2014), pour la population totale puis pour chaque sexe (tableaux 2 à 4). Chez les hommes, l’augmentation des taux entre 2004 et 2014 est observée chez les plus de 50 ans, et plus particulièrement chez les 80 ans et plus. Chez les femmes, les taux diminuent pour toutes les classes d’âge jusque 65-69 ans avec une plus forte diminution observée pour les 55 et 69 ans. Au-delà de cet âge, on observe des taux d’incidence en augmentation sur la période, et plus particulièrement chez les plus de 80 ans comme chez les hommes1.

1 Tendances évolutives par classes d’âge non testées.

Figures et tableaux à télécharger
Figure 1 - Taux d'incidence (‰) des cas chirurgicaux du syndrome du canal carpien en France métropolitaine en fonction de l'âge et du sexe en 2014 format pdf
Tableau 1 - Taux d'incidence des cas chirurgicaux de SCC, par âge et par sexe, en France métropolitaine, en 2014format excelformat pdf
Figure 2 - Taux d'incidence des cas chirurgicaux du SCC en France métropolitaine en fonction du sexe, population générale et des 20-64 ans, 2004-2014 format pdf
Tableau 2 - Evolution du taux d'incidence du SCC opéré en France métropolitaine en fonction de l'âge tous sexes confondus, entre 2004 et 2014format excelformat pdf
Tableau 3 - Evolution du taux d'incidence du SCC opéré en France métropolitaine en fonction de l'âge chez les hommes, entre 2004 et 2014format excelformat pdf
Tableau 4 - Evolution du taux d'incidence du SCC opéré en France métropolitaine en fonction de l'âge chez les femmes, entre 2004 et 2014format excelformat pdf

Régions

Taux d'incidence régionaux

Le taux d’incidence des cas chirurgicaux du SCC varie fortement d’une région à une autre (taux standardisés de 1,3 ‰ PA en Corse à 2,6‰ PA dans le Grand-Est). Les taux d’incidence régionaux et leur comparaison par rapport au taux d’incidence national, sous forme de Comparative Morbidity Figure (CMF), sont présentés pour l’ensemble de la population et pour la classe d’âge 20-64 ans dans les tableaux 5-6, et 7-8.

Tableaux à télécharger
Tableau 5 - Taux d’incidence régionaux bruts et standardisés sur l’âge, en fonction du sexe, tous âges confondus, en 2014format xlsformat pdf
Tableau 6 - Comparative Morbidity Figure par région en fonction du sexe, tous âges confondus, en 2014format xlsformat pdf
Tableau 7 - Taux d’incidence régionaux bruts et standardisés sur l’âge, en fonction du sexe, chez les 20-64 ans, en 2014format xlsformat pdf
Tableau 8 - Comparative Morbidity Figure par région en fonction du sexe, chez les 20-64 ans, en 2014format xlsformat pdf

Départements

Taux d'incidence départementaux

Le taux d’incidence des cas chirurgicaux du SCC varie également d’un département à un autre. Les taux d’incidence départementaux et leur comparaison par rapport au taux d’incidence national, sous forme de comparative morbidity figure (CMF), sont présentés pour l’ensemble de la population et pour la classe d’âge 20-64 ans dans les tableaux 9-10, et 11-12. Les cartes 1 et 2 représentent le CMF pour chaque département, selon le sexe, tous âges confondus. Les départements sont répartis en cinq classes de CMF avec des seuils (0,7 / 0,9 / 1,1 / 1,3) définissant des variations de 20 % par rapport au taux d’incidence national. Les cartes 3 et 4 représentent le CMF pour chaque département, selon le sexe, chez les 20-64 ans. Les départements sont répartis en cinq classes de CMF avec des seuils (0,7 / 0,9 / 1,1 / 1,3) définissant des variations de 20 % par rapport au taux d’incidence national. La moitié nord de la France, à l’exception des régions Bretagne et Ile-de-France, présente globalement des taux d’incidence de cas chirurgicaux de SCC plus élevés que la moitié sud (cartes 1 à 4).

Tableaux et cartes à télécharger
Tableau 9 - Taux d'incidence départementaux bruts et standardisés sur l'âge, en fonction du sexe, tous âges confondus, en 2014format excelformat pdf
Tableau 10 - Comparative Morbidity Figure par département en fonction du sexe, tous âges confondus, en 2014format excelformat pdf
Carte 1 - CMF du SCC opéré chez les hommes, tous âges confondus en 2014 format pdf
Carte 2 - CMF du SCC opéré chez les femmes, tous âges confondus en 2014 format pdf
Tableau 11 - Taux d'incidence départementaux bruts et standardisés sur l'âge, en fonction du sexe, chez les 20-64 ans, en 2014format excelformat pdf
Tableau 12 - Comparative Morbidity Figure par Tadépartement en fonction du sexe, chez les 20-64 ans, en 2014format excelformat pdf
Carte 3 - CMF du SCC opéré chez les hommes, 20-64 ans en 2014 format pdf
Carte 4 - CMF du SCC opéré chez les femmes, 20-64 ans en 2014 format pdf

Fractions de risque attribuables aux professions et secteurs d'activité

Le réseau de surveillance des troubles musculo-squelettiques (TMS) en Pays de la Loire mené par Santé publique France et l’équipe d’épidémiologie en santé au travail et ergonomie de l’Université d’Angers, a identifié 1 500 cas (1 053 femmes et 447 hommes) opérés d’un syndrome du canal carpien (SCC) en 2002 et 2003 dans le Maine-et-Loire, correspondant à une incidence de 2,7 pour 1000 femmes et 1,2 pour 1000 hommes [1]. L’activité professionnelle des patients au moment de l’opération a été documentée pour 1 347 sujets (questionnaire). Parmi eux, 1 107 étaient des actifs occupés (actifs ayant un emploi) au moment de l'intervention chirurgicale. Cette étude a permis d’estimer les fractions de risque de SCC attribuables [2] aux professions et aux secteurs d’activité chez les hommes et chez les femmes.

Part attribuable aux professions

Chez les femmes, la fraction de risque attribuable en population (Frap) estimée pour les ouvrières non qualifiées de l'industrie était de 11 %. En d'autres termes, 11 % des cas opéré de SCC seraient évités dans la population active féminine âgée de 20 à 59 ans si cette catégorie professionnelle ne présentait pas d'excès de risque de SCC. La Frap était inférieure à 5 % pour les autres catégories professionnelles à risque élevé de SCC opéré. La fraction de risque attribuable chez les exposés (Frae) était la plus élevée pour les ouvrières agricoles (74 %). En d'autres termes, 74 % des cas de SCC opéré chez les ouvrières agricoles âgées de 20 à 59 ans seraient évités si cette catégorie professionnelle ne présentait pas d'excès de risque de SCC. Chez les hommes, la Frap estimée était de 12 % pour les ouvriers qualifiés de type artisanal, de 10 % pour les ouvriers non qualifiés de type industriel, de 4 % pour les ouvriers agricoles. La Frae se situait autour de 60 % pour ces trois catégories professionnelles.

Part attribuable aux secteurs d’activité

Chez les femmes, les valeurs estimées de Frap par secteur d'activité étaient dans l’ensemble relativement basses (les plus élevées, autour de 3 %, étaient observées dans l’agriculture et le secteur de la santé). Les valeurs de Frae étaient élevées dans l’industrie de fabrication de matériel informatique (82 %), l’assurance (71 %), l’industrie automobile (66 %), les services personnels (65 %), la fabrication de meuble (59 %). Elle se situait autour de 50 % dans les industries alimentaires, l’industrie du cuir et de la chaussure et l’agriculture. Chez les hommes, la valeur estimée de Frap étaient de l’ordre de 5 % dans la construction. Les Frae variaient entre 11 % (administration publique) et 87 % (métallurgie), avec des valeurs de l’ordre de 60 % pour l’industrie du cuir, les transports terrestres, le travail des métaux.

Une étude analogue a été réalisée en 2008-2009 dans les Bouches-du-Rhône permettant d’estimer les parts de SCC attribuables aux professions et secteurs d’activité dans ce département également [3].

1. Ha C, Fouquet N, Roquelaure Y, Raimbeau G, Leclerc A, Goldberg M, et al. Syndrome du canal carpien. Estimations de l’incidence, de la prévalence et du poids de l’activité professionnelle dans sa survenue dans les Pays de la Loire, France, 2002-2004. Numéro thématique - TMS d’origine professionnelle. Une préoccupation majeure. Bull Epidemiol Hebd. 2010;5‑6:37‑40.

2. Bouyer J, Hémon D, Cordier S, Derriennic F, Stücker I, Stengel B, et al. Épidémiologie: principes et méthodes quantitatives. Lavoisier; 2009. 515 p.

3. Sillam F, Souarès Y, Malfait P, Plaine J, Ha C. Syndrome du canal carpien : estimations de l’incidence, de la prévalence et du poids de l’activité professionnelle dans sa survenue dans les Pays de la Loire, France, 2002-2004. Numéro thématique. Surveillance épidémiologique des risques professionnels, quoi de neuf ? Bull Epidemiol Hebd. 2012; 22-23 : 272-5.