Maladies à caractère professionnel

Les maladies à caractère professionnel sont définies comme toute maladie susceptible d’être d’origine professionnelle et non reconnue en maladie professionnelle par un Régime de Sécurité sociale.

Mis à jour le 17 juin 2019

Maladies à caractère professionnel : notre action 

Les maladies à caractère professionnel ont un lourd impact sur la santé publique en France. S’ils sont un fardeau important, les expositions aux facteurs de risque professionnels et les troubles et maladies associées sont évitables, grâce à des mesures préventives adaptées, et modifiées au cours du temps en lien avec l’évolution des caractéristiques de la population au travail et des conditions de travail (allongement de durée, vieillissement, précarité…). Une surveillance épidémiologique de qualité est nécessaire pour identifier les priorités, quantifier et suivre les expositions professionnelles, les maladies en lien avec le travail et leurs conséquences sur l’emploi et la sous-reconnaissance des maladies professionnelles. Elle permet notamment de contribuer à mieux adapter la prévention, les secteurs, professions et groupes de travailleurs les plus à risque. La finalité est de mieux comprendre et cerner les expositions professionnelles, de diminuer les conséquences professionnelles (maladies, incapacité, handicap, désinsertion…), socio-familiales, psychologiques et économiques des problèmes de santé d’origine professionnelle.  

Pour répondre à ces enjeux, Santé publique France s’est engagé à produire des indicateurs fiables et reproductibles adaptés aux enjeux actuels du monde du travail, portant à la fois sur les expositions professionnelles et sur les principales pathologies en lien avec le travail. Santé publique France contribue notamment au Plan Santé Travail 2016-2020 (PST3) dont les 2 axes forts sont la prévention et le maintien en emploi. 

La surveillance épidémiologique des maladies à caractère professionnel 

Après une première expérimentation de centralisation des MCP dans la région des Pays de la Loire, le programme de surveillance des Maladies à caractère professionnel s'est progressivement étendu. Ce dispositif s’appuie un réseau de médecins du travail volontaires et leurs équipes qui signalent durant des périodes de 2 semaines prédéfinies 2 fois par an, les « Quinzaine MCP », l’ensemble des MCP qu’ils rencontrent au cours de leurs visites médicales.  

Les signalements sont adressés aux médecins inspecteurs régionaux du travail de leur région. La fiche de signalement, anonyme, comporte des informations sur la (ou les) pathologie(s) et les agents d’exposition professionnelle en lien avec la pathologie signalée, sur l’emploi et le type de contrat du salarié concerné, et sur le secteur d’activité de l’entreprise ; l'année de naissance et le sexe du salarié sont également enregistrés. Un tableau de bord de tous les salariés ayant bénéficié d'une visite médicale au cours de la quinzaine sont également transmis.  

Les données obtenues sont ensuite analysées et publiées au niveau de la région grâce à la collaboration d’un médecin inspecteur régional du travail et d’un épidémiologiste. Les données de l’ensemble des régions participantes sont analysées par Santé publique France, conformément à l’article L1413-4 de la loi du 9 août 2004 du Code de santé publique et à l’autorisation Cnil obtenue.

Ces Quinzaines permettent d’estimer les prévalences des affections jugées par les médecins du travail comme en lien avec le travail. Les résultats sont restitués sous forme de tableaux statistiques synthétiques au niveau régional et au niveau national. Répétées régulièrement, elles fournissent des données annuelles sur la fréquence des manifestations pathologiques en lien avec le travail chez les salariés actifs. Elles contribuent à une estimation de l’ampleur de la sous-déclaration des pathologies susceptibles d’être déclarées et reconnues au titre des tableaux de maladies professionnelles. Les données issues de ce programme de surveillance relatives à trois localisations de troubles musculo-squelettiques (rachis lombaire, épaule et coudes) et au syndrome du canal carpien sont régulièrement comparées aux données de réparation du régime général de la Sécurité sociale et du Régime agricole. De plus, l’impact des modifications des tableaux de maladies professionnelles sur la déclaration pourra être évalué. 

Ce réseau de surveillance pourrait permettre le repérage de l’éventuelle émergence de phénomènes sanitaires associés à l’activité professionnelle. Le programme de surveillance des maladies à caractère professionnel est un outil efficace pour orienter les politiques de prévention, aussi bien sur le terrain qu'au niveau national. 

Réseau national de surveillance des MCP 2018
cartographie de la surveillance des MCP en France
Schéma d’organisation des « Quinzaines MCP » qui ont lieu deux fois par an
schéma d’organisation des Quinzaines MCP

Prévenir les maladies à caractère professionnel 

Les données épidémiologiques obtenues grâce à aux Quinzaines MCP sont des éléments indispensables pour aider les différents acteurs de la prévention (Association régionale pour l’amélioration des conditions de travail, Caisse régionale d’assurance maladie, Comité régional de prévention des risques professionnels…) à définir et à élaborer des actions de prévention prioritaires sur des pathologies, des professions ou des secteurs d’activité particuliers, dans le cadre de plans régionaux tels que le Plan régional santé travail (PRST) ou le Plan régional santé publique (PRSP).