Hospitalisations pour exacerbations de BPCO. Comment les identifier à partir des données du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) ?

Publié le 1 Août 2009
Mis à jour le 10 septembre 2019

Les exacerbations de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) sont un facteur de mauvais pronostic sur l'évolution de la maladie. Les plus sévères nécessitent une hospitalisation. Identifier les séjours pour exacerbations de BPCO au sein des données du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) est complexe. D'une part, ces séjours survenant chez des patients ayant de fréquentes co-morbidités, la BPCO ne figure pas toujours en diagnostic principal (DP) du séjour. D'autre part, les séjours pour bilan ne sont pas directement identifiables dans les données du PMSI. L'objectif de ce travail était donc de définir les algorithmes les plus pertinents pour repérer les séjours pour exacerbations de BPCO dans la base nationale du PMSI. L'analyse a concerné les séjours comportant, en diagnostic principal ou associé, un des codes correspondant à la BPCO ou à l'insuffisance respiratoire chronique et survenus chez des adultes de 25 ans ou plus. Plusieurs combinaisons de codage du DP et des diagnostics associés ont été définies avec la collaboration de pneumologues hospitaliers. Une analyse descriptive des séjours a tout d'abord été effectuée pour l'année 2005. L'évolution entre 1998 et 2007 des caractéristiques des séjours a ensuite été décrite pour chacun des algorithmes afin de tester la robustesse des tendances au cours du temps. Le nombre de séjours variait considérablement selon l'algorithme utilisé (de 66 000 à 109 000 par an pour 2006-2007). Le nombre total de séjours a augmenté entre 1998 et 2007, mais la répartition des différents codes est restée stable au cours de ces dix années. En conclusion, bien que le poids global des hospitalisations pour exacerbations de BPCO soit difficile à appréhender, il est possible d'utiliser les données du PMSI pour en analyser les variations au cours du temps. Nous proposons d'utiliser deux indicateurs afin de prendre en compte d'éventuels transferts de codage et de vérifier la robustesse des tendances au cours du temps. Nous recommandons d'exclure les séjours de moins de 48 heures dont l'issue n'est pas le décès. (R.A.)

Auteur : Fuhrman C, Delmas MC
Année de publication : 2009
Pages : 19 p.