Borréliose de lyme

La borréliose de Lyme ou maladie de Lyme est une maladie infectieuse due à une bactérie du complexe Borrelia burgdorferi sensu lato transmise à l’être humain par piqures de tiques infectées.

Mis à jour le 17 juin 2019

Borréliose de Lyme : notre action

La borréliose de Lyme est présente sur tout le territoire métropolitain, mais y est inégalement répartie.
D’autre part, si près d’un quart de la population métropolitaine déclarait avoir déjà été piqué par une tique au cours de sa vie en 2016, environ 35% déclarait n’avoir jamais entendu parler de la borréliose de Lyme.
Dans ce contexte, la mission de Santé publique France s’articule autour de deux axes principaux : surveiller et prévenir.

La surveillance épidémiologique de la borréliose de Lyme

Santé publique France coordonne la surveillance de la borréliose de Lyme sur le territoire. Dans ce cadre, l’agence s’appuie sur plusieurs partenaires et notamment le Réseau Sentinelles (Inserm/Sorbonne Université) et le Centre Nationale de Référence des Borrelia.

La surveillance annuelle est basée sur :

  • Les données du Réseau Sentinelles qui surveille la borréliose de Lyme depuis 2009. Pour cette surveillance, un cas de borréliose de Lyme est défini par la présence d’un érythème migrant (diagnostic clinique) ou une manifestation neurologique, articulaire, cutanée évocatrice d’une borréliose de Lyme chez un patient ayant une sérologie positive. Les critères ont été définis en accord avec la définition de cas de l’Eucalb (European Union Concerted Action on Lyme Borreliosis; Stanek et al ; Clin Microbiol Infect 2011;17:69-79).
  • L’analyse des données hospitalières du Programme de Médicalisation des Systèmes d’Information (PMSI) qui recense l’ensemble des séjours hospitaliers et des diagnostics associés à ces séjours. Une définition de cas a été mise en place par un groupe multidisciplinaire et un algorithme prenant en compte la diversité des manifestations cliniques de la maladie est utilisé pour calculer le nombre de personnes hospitalisées pour une borréliose de Lyme. 

La combinaison de ces deux systèmes, stables dans le temps, permet une description de l’épidémiologie des différentes formes de la maladie et d’en suivre les tendances. 

Cette surveillance pérenne est complétée par des études ponctuelles d'incidence et de séroprévalence de la borréliose de Lyme.
Entre 2000 et 2015, des études d’incidence régionale de la borréliose de Lyme ont été menées par cinq Cellules interrégionales d’épidémiologie (Cire) de Santé publique France. Six études de séroprévalence ont également été menées entre 1989 et 2003 dont quatre par la Mutualité sociale agricole (MSA). 

Enfin, le CNR des Borrelia, créé en 2002 complète la surveillance de la borréliose de Lyme en France. Jusqu’en 2011, il était basé à l’Institut Pasteur-Paris avec un laboratoire associé au laboratoire de Bactériologie des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg/Faculté de Médecine de Strasbourg. Le laboratoire de Strasbourg a été nommé CNR en 2012.
Le CNR contribue à la surveillance épidémiologique humaine, à celle du vecteur (Ixodes ricinus) et du réservoir (faune sauvage). Ses missions sont aussi de contribuer au développement et à l’évaluation des méthodes diagnostiques des borrélioses ainsi que des méthodes d’identification et d’analyse de la diversité des Borrelia

Des actions de prévention contre la borréliose de Lyme

L’action de Santé publique France en matière de prévention repose sur le « Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques ».

Bien que la borréliose de Lyme soit la maladie infectieuse transmise par les tiques la plus fréquente en France, une proportion non négligeable de la population (35%) n’en n’a jamais entendu parler et seuls 28% de la population déclaraient se sentir bien informés sur la maladie de Lyme. 

Les actions de prévention de Santé publique France ont donc essentiellement une visée pédagogique en direction de deux publics : 

  • En direction du grand public : il s’agit de le sensibiliser à cette maladie (modes de transmission, symptômes, traitement) et aux moyens de prévention existants, qui relèvent de mesures individuelles.
  • En direction des professionnels de santé : il s’agit de leur rappeler la conduite à tenir en cas de piqûre de tiques et de symptômes évocateurs de borréliose de Lyme.

Santé publique France : 

  • Met à disposition des professionnels de santé et du grand public des brochures d’information (dont une à destination des enfants)
  • Propose une affiche grand public à diffuser à l’entrée des forêts ou des bois
  • A conçu un dossier de presse de sonore sur la borréliose de Lyme. Sous forme de 10 chroniques d’information d’1 min.30, ce dossier permet de mieux connaître la maladie mais également les gestes de prévention à adopter pour s’en protéger. Ce dossier sonore peut également être diffusé via un site internet ou dans un hall d’accueil. 

Ces différents éléments sont à retrouver dans l’onglet « Outils »