Les données de déclaration obligatoire (DO) de l’hépatite B aiguë

Au 14 octobre 2020, 1 831 cas d’hépatite B aiguë diagnostiqués entre 2003 et 2019 ont été déclarés, dont 65 % par le secteur hospitalier. 

Evolution du nombre annuel de cas déclarés d’hépatite B aiguë entre 2003 et 2019

  • Le nombre annuel de cas déclarés a diminué très fortement depuis 2006 (-68 %), passant de 185 diagnostics en 2006 à 43 diagnostics en 2019. Cette baisse doit être interprétée avec prudence compte-tenu d’une sous-déclaration majeure, estimée à 73% en 2016, 77 % en 2013 et entre 85 % et 91 % en 2010 (enquête LaboHep). 
Evolution du nombre annuel total de cas d’hépatite B aiguë déclarés entre 2003 et 2018, par sexe (données de la déclaration obligatoire au 14/10/2020, France)
Evolution du nombre annuel total de cas d’hépatite B aiguë déclarés entre 2003 et 2018, par sexe (données de la déclaration obligatoire au 14/10/2020, France)

Caractéristiques des hépatites B aiguës déclarées

Sur l'ensemble de la période 2003-2019

Sur les 1 831 cas d’hépatite B aiguë, la majorité était survenue chez des hommes (n=1 318), le sexe ratio H/F étant égal à 2,6. L’âge médian des personnes était de 39 ans, les femmes étant plus jeunes que les hommes (respectivement, 33 ans et 41 ans d’âge médian). La classe d’âge la plus représentée chez les hommes était celle des [40-49 ans] et, chez les femmes celle des [20-29 ans].

Répartition des cas d’hépatite B aiguë déclarés entre 2003 et 2019, par sexe et classe d’âge (données de la déclaration obligatoire au 14/10/20, France)
Répartition des cas d’hépatite B aiguë déclarés entre 2003 et 2019, par sexe et classe d’âge (données de la déclaration obligatoire au 14/10/20, France)

Le statut vaccinal vis-à-vis du VHB des personnes présentant une hépatite aiguë était disponible pour 1 502 d’entre elles (82 %). Parmi les 73 patients vaccinés, 33 avaient reçu un schéma vaccinal complet (au moins trois doses).

La moitié des personnes (51 %) était hospitalisée au moment du diagnostic.

Les patients présentaient les caractéristiques suivantes :

  • un ictère pour 69 % d’entre eux
  • des transaminases très élevées, avec une valeur médiane des ALAT à 2 001 UI/L [EIQ* : 930 -3000]) ; pour 44 % des patients, les ALAT étaient à un niveau supérieur à 50 fois la valeur normale
  • une hépatite fulminante chez 4 % d’entre eux (n=76), la majorité étant des femmes (n=43) ; parmi les patients pour lesquels l’évolution de l’hépatite fulminante a été renseignée (70/76) :
    • 26 ont guéri grâce à un traitement médical,
    • 25 ont reçu une transplantation hépatique,
    • 19 sont décédés (dont un patient après transplantation hépatique).

Focus sur les années 2017-2019

Sur la période 2017 à 2019, 171 cas d'hépatite B aiguë (dont 31% de femmes) ont été diagnostiqués et notifiés au 14/10/2020 dans le cadre de la déclaration obligatoire (DO). L’âge médian des personnes diagnostiquées sur ces trois années était de 38 ans, il était de 28 ans chez les femmes et de 44 chez les hommes.

Sur les 171 cas déclarés :

  • Le statut vaccinal a été mentionné pour 134 cas, soit 78% ; parmi eux, 93%  étaient non vaccinés (n=125) ; 9 avaient déclaré être vaccinés, dont 3 avaient reçu 3 doses ou plus
  • 61% étaient hospitalisés
  • 74% présentaient un ictère
  • 87% présentaient des transaminases élevées et pour 51% des patients, la valeur des ALAT était supérieure à 50 fois la valeur normale
  • 7% (n=12) ont présenté une hépatite fulminante. L’évolution était renseignée pour 9 cas :
    • 4 ont guéri grâce à un traitement médical,
    • 2 ont bénéficié d’une transplantation hépatique,
    • 3 sont décédés.

*EIQ, espace interquartile

Expositions à risque dans la période allant de 6 semaines à 6 mois précédant le diagnostic d’hépatite B aiguë

Sur l'ensemble de la période 2003-2019

L’information sur les expositions à risque était disponible pour 64 % des patients (n= 1 172). 
Une exposition sexuelle (56 %) et un séjour dans un pays de forte endémicité VHB (33 %) étaient les expositions à risque le plus souvent rapportées.
81 % des expositions à risque relevaient d’une indication vaccinale et ces contaminations auraient pu être évitées si une vaccination avaient été mieux suivies. 

Focus sur les années 2017-2019

Les expositions à risque ont été notifiées pour 65% des patients (n=111), dont 82% étaient des expositions relevant d’une indication vaccinale.

Les expositions à risque les plus souvent rapportées étaient une exposition sexuelle (51 %) et un séjour dans un pays de forte endémicité VHB (41 %).

Expositions à risque signalées dans la période allant de 6 semaines à 6 mois précédant le diagnostic d’hépatite B aiguë (données de la déclaration obligatoire au 14/10/20, France)

 Période 2003-2019Période 2017-2019
 Nombre de cas%Nombre de cas%
Au moins une exposition à risque rapportée1 172 111 
Exposition sexuelle660565751
Partenaire sexuel Ag HBs (+)*165141715
Hommes ayant des rapports sexuels avec des Hommes23928**2128**
Partenaires sexuels multiples*426363431
Voyage en zone d'endémicité VHB*388334641
Soins invasifs (dialyse, chirurgie, greffe)*147131413
Porteur chronique de l'Ag HBs dans l'entourage familial*1241187
Tatouage, piercing75687
Séjour en institution*67633
Usage de drogues*51444
Exposition professionnelle*41355
Exposition périnatale¥7100
Non documenté658366035
Note : les expositions pouvant être multiples, le total est supérieur à 100%. 
*Ces expositions à risque relèvent d’une indication vaccinale selon les recommandations en vigueur
** Proportion calculée parmi les hommes
¥ Nourrissons de moins d’1 an nés de mère positive pour l’Ag HBs
En savoir plus

Surveillance de l'hépatite B aiguë par la déclaration obligatoire, France, 2003-2018

En savoir plus

Estimation du nombre de diagnostics d’hépatite B aiguë

Entre 2004 et 2007, le nombre de diagnostics d’hépatite B aiguë, estimé en appliquant au nombre de cas déclarés dans le cadre de la DO une estimation de son taux d’exhaustivité en 2005 (23,4%), était de 675 nouveaux cas diagnostiqués par an (IC95% : 608-645), soit un taux de 1,1 pour 100 000 habitants (IC95% : 0,97-1,18). 

Depuis 2010, en raison de la faible exhaustivité de la déclaration obligatoire de l’hépatite B aiguë, l’estimation du nombre de diagnostics d’hépatite B aiguë est réalisée à partir des enquêtes triennales LaboHep, conduites auprès d’échantillons aléatoires de laboratoires de biologie médicale publics et privés.

En 2013, le nombre de diagnostics d’hépatite B aiguë  était estimé à 291 cas (IC95% : 254-329), soit un taux de 0,44 cas pour 100 000 habitants (IC95% : 0,39-0,50). 

En 2016, cette estimation était de  257 cas (IC95% : 225-290), soit un taux de 0,39 pour 100 000 habitants (IC95% : 0,34-0,44). 

En savoir plus

Estimation du nombre de diagnostics d'hépatite B aiguë et de l'exhaustivité de la déclaration obligatoire en France en 2016, enquête La...

En savoir plus