Pesticides

Les pesticides sont très utilisés en France, principalement en agriculture, et la population y est largement exposée. Leurs effets sur la santé de la population générale sont encore mal connus.

Mis à jour le 18 juin 2019

Pesticides : les enjeux de santé

Qu’appelle-t-on pesticide ?

  • Un pesticide (qui vient du latin cida, tuer et de l'anglais pest, nuisible) est une substance chimique utilisée principalement en agriculture pour la prévention, le contrôle ou l'élimination d'organismes jugés indésirables comme des plantes, des animaux, des champignons ou des bactéries.  
  • Un produit phytopharmaceutique ou phytosanitaire est un produit chimique employé pour la protection de la santé des plantes. Il en existe trois catégories principales :
    • Les herbicides pour lutter contre les mauvaises herbes,
    • Les fongicides contre les champignons
    • Les insecticides contre les insectes
  • D’autres produits peuvent avoir une action sur les rongeurs (rodenticides), sur les escargots et les limaces (molluscicides).

Comment est-on exposé aux pesticides ?

  • Les pesticides peuvent être présents dans tous les milieux : l’alimentation et l’eau, l’air, et les sols et les poussières. Les facteurs favorisant l’imprégnation humaine sont principalement :
    • Le fait de travailler avec les pesticides et le contact cutané est la principale voie d’exposition pour les travailleurs 
    • L’alimentation, selon son origine et son conditionnement 
    • Le fait d’utiliser des pesticides à son domicile,
    • Le fait de résider à proximité de cultures agricoles sur lesquelles des pesticides peuvent être épandus.

Quelles peuvent être les conséquences d’une exposition aux pesticides sur la sante ?

  • Dans la population générale, les études épidémiologiques disponibles, encore peu nombreuses, ne permettent pas à l’heure actuelle de répondre à la question des effets sur la santé de ces substances chimiques. La première difficulté est de connaître précisément les substances utilisées, les doses, les fréquences et les voies d'exposition pour pouvoir définir un risque pour la santé. 
  • Chez les professionnels, un rôle des pesticides est suspecté pour des niveaux d’exposition élevés et pendant de longues périodes pour certaines pathologies. A ce sujet le régime agricole reconnait la maladie de Parkinson et les hémopathies malignes comme maladies professionnelles provoquées par les pesticides. Des valeurs limites d’exposition professionnelles sont fixées par le ministère chargé du Travail, à partir d’études épidémiologiques et d’études toxicologiques chez l’animal pour certains pesticides mais peu de substances sont concernées. Les pesticides pourraient contribuer à la survenue de certaines hémopathies malignes, des tumeurs cérébrales, du cancer de la prostate, des troubles de la fertilité et de la reproduction, de maladie de Parkinson et de l’asthme. Cependant, toutes ces maladies sont multifactorielles et il est difficile, sauf dans quelques cas bien particuliers, d’identifier la part revenant aux différents facteurs de risques (certaines habitudes de vie, exposition à d’autres polluants, antécédents dans la famille, etc.). 
  • Chez les riverains des zones agricoles, on ne connaît pas à l’heure actuelle les conséquences de l’exposition réelle aux pesticides sur la santé de ces populations. Des évaluations des risques pour les riverains de zones agricoles sont réalisées dans le cadre des demandes d’autorisation de mise sur le marché. En complément de cette procédure, Santé publique France, en collaboration avec l’Inserm et l’Anses, s’attache à mieux connaître les expositions réelles des populations à proximité des zones agricoles et les effets potentiels sur la santé de ces substances chimiques, notamment chez les enfants.
  • Chez les femmes enceintes, les nouveau-nés et les jeunes enfants, les expositions aux pesticides semblent être particulièrement à risque pour le développement et la santé de l’enfant.

Quelle est la règlementation applicable ?

  • Alimentation 

Dans les aliments, il existe une réglementation qui définit des limites de résidus qui ne doivent pas être dépassées et qui prévoit des contrôles, dans l’objectif de garantir le niveau d’exposition le plus faible possible pour les consommateurs. La « limite maximale applicable aux résidus » (LMR) est la concentration maximale du résidu d’un pesticide autorisé légalement dans ou sur les denrées alimentaires. Ces limites sont calculées en fonction de l’emploi des produits, des connaissances sur la consommation de chaque type d’aliment et avec des marges de sécurité de manière à éviter les effets néfastes sur la santé.

  • Eau 

L’eau de consommation fait l’objet de contrôles sanitaires réguliers, au niveau des ressources et à la sortie des installations de production d’eau potable.  

Leur nombre est fonction de la nature de la ressource (superficielle, souterraine, brute ou de production), de son débit et de la population desservie. 

Les limites de qualité des pesticides dans l'eau du robinet constituent un indicateur de la dégradation de la qualité de la ressource en eau. Elles ont pour objectif de réduire la présence de ces composés au plus bas niveau de concentration possible. 

  • Air 

Il n’existe aucune valeur réglementaire concernant les concentrations en produits phytosanitaires dans l’air extérieur.

  • Sol

Il n’existe pas à ce jour de surveillance réglementée de la contamination des pesticides dans les sols.

  • Travail

Les pesticides sont des produits chimiques auxquels s’applique l’essentiel de la règlementation du risque chimique contenue dans le code du travail et des règles spécifiques issues du code rural et du code de la santé publique.