Mis à jour le 11 juillet 2019

Santé publique France est une agence nationale qui dispose d’échelons territoriaux, les cellules régionales. La régionalisation du système de santé ne doit pas faire oublier qu’un évènement (un signal, une alerte) parfaitement localisé et maîtrisé localement, peut néanmoins concerner la sécurité sanitaire nationale, parfois même internationale. La circulation et le partage d’informations doivent donc être optimaux. De plus, une action territoriale, pilotée par le niveau territorial, peut avoir besoin de moyens nationaux d’appui et de réponse.

Un mot clé essentiel pour l’action en santé publique est l’anticipation : une agence, associant des fonctions de veille, d’alerte et des moyens de réponse doit se préparer et donc anticiper une réponse adéquate et rapide, que ce soit pour une urgence sanitaire simple, une situation sanitaire exceptionnelle ou une crise.

La Direction alerte et crise comprend trois métiers principaux, traduits par trois unités. Ces unités sont :

La Direction alerte et crise met en œuvre le programme consacré aux situations sanitaires exceptionnelles. Ce programme a trois objectifs principaux :

  • préparer et coordonner la réponse de l’agence aux évènements sanitaires ;
  • optimiser la gestion et la distribution du stock stratégique des produits de santé de l’Etat ;
  • gérer, animer et faire évoluer la doctrine d’emploi du « corps » des réservistes sanitaires.

En parallèle au processus et au mode de fonctionnement par programmation, la Direction alerte et crise associe l’ensemble de l’agence aux modes d’organisations fonctionnelles (cellule d’anticipation, cellule d’alerte sensible ou complexe, cellule de crise et retours d’expérience). Elle est également partie prenante du processus d’expertise, notamment pour les opérations complexes : campagnes de vaccination, interventions pour rétablir l’offre de soins (p.ex. en PMI à Mayotte, après les ouragans des îles du Nord (Guadeloupe…).

Par ses missions cette direction a de nombreux partenaires privilégiés: la Direction générale de la santé, les ministères, les agences nationales de sécurité sanitaire, les agences régionales de santé, mais aussi les établissements de santé et les professionnels de santé.