Dioxines émises par l'usine d'incinération d'ordures ménagères de Besançon et risque de cancers : une approche éco-épidémiologique en France.

Publié le 17 Février 2009
Mis à jour le 10 septembre 2019

Des incertitudes demeurent quand au risque que représente une exposition environnementale aux dioxines pour la population générale. Notre équipe a donc conduit un programme de recherche autour de l'usine d'incinération d'ordures ménagères (UIOM) de Besançon, ayant émis des concentrations élevées de dioxines. Dans une première étude menée de 1998 à 1999, un agrégat spatial très significatif et identique (contenant l'UIOM) a été identifié pour les lymphomes non hodgkiniens (LNH) et les sarcomes des tissus mous (STM), diagnostiqués entre 1980 et 1995. Les ratios standardisés d'incidence étaient respectivement de 1,27 (p < 10-4) et 1,44 (p < 0,01). La deuxième étape a comporté deux enquêtes cas-témoins (menées de 2000 à 2002), comparant les cas incidents de LNH et STM à des témoins tirés au sort à partir du recensement de la population. L'exposition aux dioxines était dérivée d'un modèle gaussien de diffusion atmosphérique de première génération. Le risque de développer un LNH s'est révélé 2,3 fois plus élevé pour les individus résidant dans la zone la plus exposée aux retombées de dioxines (intervalle de confiance 95 % 1,4-3,8), tandis qu'aucun risque significatif n'était mis en évidence pour les STM. Le troisième volet (2002-2004) a porté sur la validation de l'exposition par la mesure de dioxines dans le sol. Une relation croissante entre les quatre classes d'exposition modélisée à partir de la diffusion atmosphérique et les concentrations de dioxines est retrouvée, mais uniquement en topographie simple (au Nord-Est de l'UIOM). Bien que les UIOM ne soient pas considérées comme une source importante d'exposition aux dioxines, la cohérence des différents résultats renforce l'hypothèse d'une association entre l'exposition environnementale à la dioxine et la survenue de LNH dans les populations ayant résidé à proximité d'une UIOM. (R.A.)

Auteur : Viel JF, Floret N
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2009, n°. 7-8, p. 71-4