Noyade

La noyade est la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans en France mais concerne aussi les autres catégories d’âge.

Mis à jour le 1 juillet 2019

La noyade : notre action

Au vu de leur nombre, les noyades représentent un enjeu majeur de santé publique. C’est pourquoi Santé publique France agit pour recenser, au travers des enquêtes NOYADES, le nombre de noyades, en étudier les caractéristiques et ainsi mettre en place des actions de prévention adaptées afin de réduire le risque.

La surveillance épidémiologique des personnes victimes de noyades

Santé publique France, avec le soutien du ministère des Solidarités et de la Santé, du ministère de l’Intérieur, du ministère des Sports et du ministère de la Transition écologique et solidaire, réalise tous les trois ans l’enquête NOYADES, dont l’objectif est de recenser toutes les noyades ou quasi-noyades suivies d’une prise en charge hospitalière (passage aux services d’urgence ou hospitalisation) ou d’un décès pendant l’été entre le 1er juin et le 30 septembre en France (territoire métropolitain et outre-mer).

Cette enquête a pour objectif de recueillir et d'analyser l’ensemble des noyades survenues en France quelle que soit l’intentionnalité : accidentelle, suicidaire, criminelle ou indéterminée, afin de guider les actions de prévention et de réglementation : recenser le nombre de noyés en tous lieux, décrire les caractéristiques des victimes et leur devenir, renseigner sur les circonstances de survenue de ces noyades.

EN SAVOIR PLUS SUR L’ENQUÊTE NOYADE

Collaborations requises

Pour réaliser cette enquête, Santé publique France sollicite la collaboration des secours organisés intervenant auprès des noyés, en particulier les Services départementaux d'incendie et de secours, la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris, le Bataillon des Marins Pompiers de Marseille, les Services Interministériels de Défense et de Protection Civile, ainsi que les Services d’accueil aux urgences généraux et pédiatriques ainsi que les Services de réanimation pédiatrique des hôpitaux et cliniques, les SAMU-SMUR, la Société Nationale de Sauvetage en Mer, les Centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage et d’autres organismes.

Déclaration des cas de noyades

Un questionnaire doit être rempli par les intervenants pour toute noyade ou quasi-noyade ayant fait l’objet d’une intervention des secours organisés. Le questionnaire doit être complété le jour même de la noyade par l’équipe d’intervention auprès du noyé et renvoyé sans délai (ou au plus tard dans les trois jours).

En cas de doute sur le fait qu’une noyade aurait déjà fait l’objet ou pas d’un signalement par d’autres intervenants, il est recommandé de remplir à nouveau un questionnaire. Les doublons seront repérés par l’équipe chargée de l’enquête. Si un accident ou un décès paraît relever de causes multiples (exemple : malaise puis noyade, ou l’inverse), il faut remplir un questionnaire en précisant au mieux les circonstances de l’accident ou du décès.

Cette enquête a fait l’objet d’une autorisation de la CNIL. Dans la mesure du possible, les secours doivent informer la victime ou sa famille qu’une enquête est réalisée pour décrire les noyades et améliorer la prévention. La fiche d’information peut être distribuée aux personnes concernées pour contribuer à cette information.

Une action de prévention contre les noyades

Dans le cadre de sa mission de prévention, Santé publique France sensibilise la population aux risques liés à la baignade, en piscine privée mais aussi en mer, lac et rivière. Chaque année, Santé publique France diffuse des campagnes d’information et des conseils de prévention auprès du grand public et des professionnels de santé.

De plus, la loi relative à la sécurité des piscines a rendu obligatoire, à partir du 1er janvier 2006, l’équipement d’un dispositif de sécurité normalisé autour de toutes les piscines privées enterrées.