Association of UV radiation with Parkinson disease incidence: a nationwide French ecologic study

Publié le 1 December 2016
Mis à jour le 5 juillet 2019

Background: vitamin D is thought to contribute to brain health, but it is unclear whether low vitamin D levels are associated with increased incidence of Parkinson's disease (PD). Using ultraviolet B (UV-B) as a surrogate for vitamin D levels, we conducted a nationwide ecologic study in France in order to examine the association of UV-B with PD incidence. Methods: we used French national drug claims databases to identify PD cases using a validated algorithm. UV-B data from the solar radiation database were derived from satellite images. We estimated PD incidence (2010 2012) at the canton level (small administrative French unit) and used multilevel Poisson regression to examine its association with UV-B (2005 annual average), after adjustment for age, sex, deprivation index, density of neurologists, smoking, proportion of agricultural land, and vitamin D supplementation. Results: analyses are based on 69,010 incident PD patients. The association between UV-B and PD incidence was quadratic (P<0.001) and modified by age (P<0.001). Below 70y, incidence was higher in the bottom quintile (relative risk, RRQ1:45-49y=1.18, 95% CI=1.08 1.29) compared with the middle UV-B quintile, and lower in the top quintile (RRQ5:45-49y=0.85 [0.77 0.94]). An opposite pattern was observed in older subjects (RRQ1:85-89y=0.92 [0.89 0.96]; RRQ5:85-89y=1.06 [1.02 1.11]). Analysis based on continuous UV-B yielded similar conclusions. Conclusions: in this nationwide study, there was an age-dependent quadratic association between UV-B and PD incidence. This study suggests that reasonable UV-B exposure is associated with lower PD risk in younger persons and that future studies should examine dose-response relations and take age into account. Traduction du résumé : D'après des travaux récents, la vitamine D contribue à la santé cérébrale, mais l'on ignore si une carence en vitamine D est associée à une incidence accrue de la maladie de Parkinson (MP). En utilisant les rayons ultraviolets B (UV-B) comme indicateur des taux de vitamine D, nous avons réalisé une étude écologique nationale en France afin d'étudier l'association entre l'exposition aux UV-B et l'incidence de la MP. Les bases de données de l'assurance maladie française incluant les remboursements de médicaments ont été utilisées pour identifier les cas de MP grâce à un algorithme validé. Les données UV-B de la base de données de rayonnement solaire ont été obtenues à partir d'images satellitaires. Nous avons estimé l'incidence de la MP (2010- 2012) au niveau cantonal et utilisé la régression de Poisson multiniveaux pour examiner son association avec les UV-B (moyenne annuelle de 2005), après ajustement sur l'âge, le sexe, l'indice de défavorisation, la densité de neurologues, le tabagisme, la proportion de surface agricole et la supplémentation en vitamine D. Les analyses reposent sur 69 010 patients atteints de la MP. L'association entre l'incidence des UV-B et de la MP était quadratique (P <0,001) et modifiée par l'âge (P <0,001). Chez les personnes âgées de moins de 70 ans, l'incidence était plus élevée dans le quintile inférieur (risque relatif, RRQ1: 45-49 ans = 1,18, IC à 95% = 1,08-1,29) par rapport au quintile intermédiaire, et plus faible dans le quintile supérieur (RRQ5 ; 45-49 ans = 0,85 [0,77 0,94]). Ce profil d'association était inversé chez les sujets plus âgés (RRQ1: 85-89 ans = 0,92 [0,89 0,96], RRQ5: 85-89 ans = 1,06 [1,02 1,11]). L'analyse à partir des UV-B définis comme une variable continue a conduit des conclusions similaires. Dans cette étude écologique nationale, une association quadratique et dépendante de l'âge entre l'exposition aux UV-B et l'incidence de la MP a été observée. Cette étude suggère qu'une exposition modérée aux UV-B pourrait être associée à un risque moins élevé de MP chez les personnes les plus jeunes, et qu'il est important de tenir compte des relations dose-réponse et de l'âge pour étudier à l'avenir cette relation. (Traduction effectuée par l'Unité de valorisation scientifique de la Direction de la communication et du dialogue avec la société, de Santé publique France).

Auteur : Kravietz A, Kab S, Wald L, Dugravot A, Singh Manoux A, Moisan F, Elbaz A
Environmental research, 2016, vol. 154, p. 50-6