Syndrome hémolytique et urémique pédiatrique

Le syndrome hémolytique et urémique est une complication principalement rénale des infections à Escherichia coli producteurs de Shiga-toxines. Rare, mais grave, il touche surtout le jeune enfant.

Mis à jour le 03 décembre 2020

Syndrome hémolytique et urémique : données

Le dispositif de surveillance du syndrome hémolytique et urémique pédiatrique permet de suivre l’évolution de cette maladie grave, mais peu fréquente en France (100 à 160 cas signalés / an). Santé publique France publie chaque année un bilan complet de la surveillance. 

Incidence élevée de syndrome hémolytique et urémique pédiatrique en 2019

En 2019, 168 cas de syndrome hémolytique et urémique pédiatrique ont été notifiés à Santé publique France. L’incidence annuelle du SHU pédiatrique était de 1,46 cas/105 personnes-années (PA) chez les enfants de moins de 15 ans, incidence la plus élevée observée depuis le début de la surveillance. L’incidence est maximale chez les enfants de moins de 3 ans, et diminue avec l’âge. Cette incidence en 2019 est la plus élevée observée depuis le début de la surveillance (5,78 cas/105 PA). 

Nombre de cas de SHU pédiatrique notifiés en France et incidence annuelle du SHU pour 100 000 personnes - années chez les enfants de moins de 15 ans, 1996 à 2019. Source : Santé publique France

AnnéeNombre de cas de SHUIncidence annuelle
1996810,66
1997920,75
1998760,59
1999930,76
2000790,64
2001740,61
2002730,60
2003800,66
2004870,72
20051221,01
20061040,87
2007740,62
20081120,94
20091090,91
20101220,99
20111621,32
20121451,20
20131521,22
20141170,99
20151110,94
20161130,96
20171641,40
20181541,33
20191681,46
Total2664 

 

Epidémie liée à la consommation de fromages au lait cru : des messages de prévention à renforcer 

L’incidence annuelle élevée en 2019 s’explique en partie par la survenue d’une épidémie d’infections à E. coli producteur de Shiga-toxines (STEC) O26 survenue au printemps en lien avec la consommation de fromages au lait cru. Cette épidémie a fait l’objet de mesures de gestion (retrait-rappel des fromages). Elle souligne, avec les cas groupés investigués en 2018 liés à la consommation de reblochon au lait cru, le risque associé au lait cru et aux fromages au lait cru et le besoin de privilégier des messages de prévention auprès des populations sensibles dont les jeunes enfants.

Certaines régions sont plus touchées par le syndrome hémolytique et urémique pédiatrique

En France, les taux d’incidence régionaux présentent chaque année une disparité importante. En 2019, les taux d’incidences régionaux les plus élevés ont été observés en Corse (3,92 cas/105 PA), Auvergne-Rhône-Alpes (3,30 cas/105 PA) et Occitanie (2,37 cas/105 PA). Les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie étaient particulièrement concernées par l’épidémie du printemps.

Taux d’incidence annuel régional du syndrome hémolytique et urémique pédiatrique par 100 000 enfants de moins de 15 ans. France, 2019
Taux d’incidence annuel régional du syndrome hémolytique et urémique pédiatrique par 100 000 enfants de moins de 15 ans. France, 2019

Une forte saisonnalité observée concernant les cas de syndrome hémolytique et urémique pédiatrique notifiés

Une recrudescence estivale du nombre de cas de syndrome hémolytique et urémique pédiatrique est observée chaque année.  

Distribution mensuelle des cas de syndrome hémolytique et urémique chez l’enfant de moins de 15 ans. France, 2010-2019
Distribution mensuelle des cas de syndrome hémolytique et urémique chez l’enfant de moins de 15 ans. France, 2010-2019
Source : Santé publique France.