Mortalité cardio-neuro-vasculaire et désavantage social en France en 2011

Publié le 5 Juillet 2016
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction : les différences de niveau socioéconomique d'une population sont à l'origine de disparités en termes de mortalité. Cet article décrit le lien entre mortalité et désavantage social pour l'infarctus du myocarde (IdM), l'accident vasculaire cérébral (AVC), l'insuffisance cardiaque (IC) et l'embolie pulmonaire (EP), en France métropolitaine en 2011. Méthodes : les données proviennent de la base nationale des causes médicales de décès. Pour chacune des causes retenues, les taux de mortalité ont été calculés par quintile de population selon l'indice écologique de désavantage social Fdep09. L'association entre la mortalité et le désavantage social a été mesurée par le rapport entre le taux standardisé dans le quintile le plus défavorisé (Q5) et celui dans le quintile le moins défavorisé (Q1). L'interaction avec l'âge et avec le sexe a été testée par régression de Poisson. Résultats : la mortalité était significativement plus élevée dans le quintile de population le plus défavorisé par rapport au moins défavorisé pour l'IdM (ratio Q5/Q1=1,51, IC95%: [1,43-1,59]), l'AVC (1,36 [1,30-1,41]), l'IC (1,45 [1,42-1,49]) et l'EP (1,39 [1,31-1,48]). Quelle que soit la cause, les écarts de mortalité étaient significativement plus importants chez les sujets de moins de 65 ans que chez ceux de 65 ans et plus, chez les hommes et chez les femmes. Pour l'AVC, les écarts étaient plus importants chez les hommes que chez les femmes. Conclusion : pour les quatre principales causes de décès cardio-neuro-vasculaires, la mortalité augmentait avec le désavantage social. La mise en oeuvre de mesures de réduction de ces inégalités, priorité de la stratégie nationale de santé, doit s'accompagner d'un suivi de l'évolution de ces indicateurs dans le temps et l'espace.

Auteur : Lecoffre C, Decool E, Olie V
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2016, n°. 20-21, p. 352-8